Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Chronique de paris, bièvres et Rome 1

MAISON DE NAZARETH Les évêques de Hongkong, Canton, Pakhoi, et 44 missionnaires de Chine, d'Indochine et des Indes ont pris part à la retraite qu'a bien voulu prêcher le P. Mateo, le dévoué propagateur de la dévotion au Sacré-Coeur. Ecouté avec un intérêt toujours croissant, l'ardent apôtre a su ranimer dans l'âme de ses auditeurs l'amour pour Notre Seigneur, dont il est lui-même si profondément pénétré. Le souvenir et les fruits de cette retraite demeureront longtemps. Chronique de paris, bièvres et Rome
Add this

    MAISON DE NAZARETH

    Les évêques de Hongkong, Canton, Pakhoi, et 44 missionnaires de Chine, d'Indochine et des Indes ont pris part à la retraite qu'a bien voulu prêcher le P. Mateo, le dévoué propagateur de la dévotion au Sacré-Coeur. Ecouté avec un intérêt toujours croissant, l'ardent apôtre a su ranimer dans l'âme de ses auditeurs l'amour pour Notre Seigneur, dont il est lui-même si profondément pénétré. Le souvenir et les fruits de cette retraite demeureront longtemps.

    Chronique de paris, bièvres et Rome

    Le tableau donné plus haut de l'Etat de nos Missions au commencement de cette année 1937 donne comme chiffre total des catholiques de nos 38 diocèses ou vicariats : 1.785.858. Or le nombre correspondant de l'année dernière était de 1.728.159. C'est donc une augmentation de 57.699 chrétiens qui a été réalisée durant l'exercice 1935-36. Il y a longtemps que de tels résultats n'avaient été obtenus. Loué soit Dieu, qui a béni les travaux de ses apôtres !

    Sur ce, le vieux chroniqueur des incidents de la vie de nos Séminaires va déposer sa plume rouillée et, par une exception qui ne saurait déplaire à nos lecteurs, laisser au jeune et agile stylo de quelques aspirants la tâche de résumer les événements qui, à Paris, à Bièvres et à Rome, leur paraissent mériter d'être signalés dans nos Annales.

    Paris. La veille de Noël, après la collation du soir, nous nous rendons dans la salle des exercices que nous trouvons tout illuminée, et pour cause : le P. Sy devait bénir la nouvelle crèche, à laquelle rien ne manquait, pas même un superbe chameau. Le chapelet terminé, le « petit Jésus » fut transporté à l'oratoire des Martyrs par nos deux nouveaux prêtres, qu'accompagnaient les aspirants portant tous une torche ou une lanterne plus ou moins vénitienne. Le cortège, chantant avec une pieuse allégresse les noëls traditionnels, arriva à l'oratoire, où les rampes lumineuses, les feux de bengale, tout nous donnait l'illusion d'être à Bethléem. Au fait, nous y fûmes sitôt après, car des acteurs de talent remarquable nous interprétèrent un « Mystère de Noël », pièce entièrement chantée, où l'on vit défiler des bergers avec de vrais animaux, de riches Rois Mages, un Hérode féroce, un grand prêtre vénérable. Bref, soirée charmante, qui fut très goûtée et nous prépara tout naturellement au chant des Matines et de la Messe de minuit. Après quoi, réveillon et sommeil bien mérité.

    Le 31 décembre, à l'heure de la lecture spirituelle, M. Raynaud, devenu notre doyen par le départ de M. Lefas, mettait pour la première fois son éloquence à notre service en présentant au P. Sy nos voeux de nouvel an ; il le fit en termes délicats et mesurés et sut exprimer heureusement les sentiments de filiale gratitude que nous ressentons à l'égard de celui qui fut longtemps le Supérieur de notre Séminaire... Après la prière du soir, suivant la tradition, nous nous sommes donné mutuellement l'accolade fraternelle.

    Nous avons consacré à Dieu les cinq premières heures du premier jour de la nouvelle année : ce n'est pas trop. Mais après la grand'messe, la majeure partie de la communauté ne tarda pas à se disperser, car « qui n'a pas au moins une tante à Paris ?» disait jadis à Bièvres le bon Père Parmentier.

    Notre fête de l'Epiphanie fut célébrée solennellement : Son Exc. le Nonce Apostolique l'honora de sa présence. Avant midi le P. Sy lui présenta les deux communautés réunies. Mgr Valeri développa alors devant nous le sens de cette fête en rapport si étroit avec notre vocation missionnaire.

    Notre ancien doyen, M. Lefas, est parti le 19 février pour l'Extrême-Orient après une brève cérémonie à l'oratoire puis à la salle des exercices. Nos meilleurs voeux l'accompagnent pour son futur apostolat.

    Bièvres. La veille de Noël nous avons eu oratoire et procession pour conduire le Dieu Enfant à la crèche : les chants si doux qui ont bercé notre enfance s'envolent encore de nos coeurs vers le petit Jésus venant apporter la paix aux hommes de bonne volonté.

    En la fête de l'Immaculée Conception avait eu lieu un match de foot et de volley, qui ne se termina pas à l'avantage des Parisiens : en volley ils perdirent par 4 parties à 2 et en foot par 3 à 0. Ils préparèrent soigneusement leur revanche et la rencontre se déroula à Meudon le 20 janvier. Résultat : Bel Air, 3 ; Paris, 1. Depuis lors le foot jouit sur notre terrain d'une vogue incroyable en vue des luttes futures.

    Rome. Noël à Rome revêt un charme tout particulier. Une délicate attention nous permit, le 24, d'écouter par T.S.F. le message du Saint-Père. Le lendemain, c'est Sainte-Marie-Majeure qui nous attire : nous y allons vénérer les reliques de la crèche de Bethléem. L'après-midi, nous eûmes un authentique « Mystère de Noël », celui de la cathédrale de Laon : rien ne manquait au défilé des prophètes, pas même Balaam, ni surtout son ânesse, qui fut fort admirée.

    Durant les « Feriae Natalitiae », nous eûmes la Messe aux Catacombes ; nous pûmes nous pénétrer de liturgie et de chant grégorien au monastère bénédictin de Saint Anselme. Par une belle journée, la Voie Appienne, droite et langue à perte de vue, bordée de cyprès et de tombeaux en ruines.

    Le 2 janvier, les cours recommençaient ; mais, le jour de l'Epiphanie, pour nous unir à nos confrères de Paris et de Bièvres, nous montions à l'église de l'Aracaeli, où les enfants du quartier récitent au « Bambino Gesu » de la crèche leurs discours de nouvel an : quelques-uns et quelques-unes quittèrent la tribune en saluant l'assistance « more fascistico ».

    ** Ce que nos jeunes collaborateurs n'ont pas dit, c'est qu'après les fêtes s'ouvrait une période de préparation aux examens semestriels, qui, commencés le 31 janvier, se sont terminés le 12 février. Le soir même de ce dernier jour, les 2 partants d'avril s'en allaient passer dans leur famille le mois des adieux. Les autres aspirants eurent une semaine de «détente », coupée, le 18, par la fête de nos Bienheureux Martyrs béatifiés en 1909. Après ce repos, la vie de travail recommençait, préparatoire à de nouveaux examens, mais surtout à l'ordination de fin d'année scolaire.

    ** Le P. Lemasle est nommé évêque titulaire de et Vicaire apostolique de Hué. Agé de 63 ans, le nouvel élu travaille depuis près de 40 ans dans cette mission, au progrès de laquelle il apportera une longue expérience et un zèle judicieux. Le Vicariat accueillera avec joie cette nomination, qui met fin au deuil causé par la mort, à moins de deux mois d'intervalle, de Mgr Allys et de Mgr Chabanon.




    1937/91-94
    91-94
    France
    1937
    Aucune image