Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Chronique de l'oeuvre.

Chronique de L'oeuvre Avec les mois de juillet et août ont commencé les vacances pour nos jeunes ouvrières des pensionnats. Avant de retourner dans leurs familles, ces chères enfants ont tenu à envoyer le produit de leurs travaux de l'année. Plusieurs ont accompagné cet envoi de lettres charmantes à l'adresse de notre Présidente générale. C'est avec joie que nous allons les reproduire ici. Sainte Ursule de Montbard (Côte dOr). « Combien nous sommes heureuses de vous adresser ce nouvel envoi en faveur de nos bien-aimés missionnaires.
Add this
    Chronique de L'oeuvre

    Avec les mois de juillet et août ont commencé les vacances pour nos jeunes ouvrières des pensionnats. Avant de retourner dans leurs familles, ces chères enfants ont tenu à envoyer le produit de leurs travaux de l'année. Plusieurs ont accompagné cet envoi de lettres charmantes à l'adresse de notre Présidente générale. C'est avec joie que nous allons les reproduire ici.

    Sainte Ursule de Montbard (Côte dOr).

    « Combien nous sommes heureuses de vous adresser ce nouvel envoi en faveur de nos bien-aimés missionnaires.

    « Petites et grandes élèves ont rivalisé d'ardeur et de bonne volonté pour la chère oeuvre des Partants. Les petites surtout ont été charmantes : c'était à qui s'appliquerait le mieux à son ouvrage pour qu'il lui fût permis de mêler ses petits points à ceux de ses grandes compagnes.

    « L'une d'elles (six ans) disait à sa voisine : « Dites donc à « la Mère que je sais faire les ourlets. » Et la chère petite a ourlé un manuterge.

    « Aussi notre caisse est mieux fournie, croyons-nous, que les années précédentes, et la, joie est grande parmi nous nous les aimons tant ces bons missionnaires! Oh! dites-leur, Madame la Vicomtesse, de bien prier pour toutes les intentions de nos bonnes Mères; ils ont tant de pouvoir sur le Coeur de Jésus, eux qui donnent si gaiement leur vie pour Lui!... Et nous, nous sommes si peu généreuses!

    « Néanmoins, malgré la pauvreté de nos prières et de nos sacrifices, nous osons également les offrir unis aux mérites du divin Coeur pour le succès de leur laborieux apostolat: le bon Jésus, nous en avons la plus entière confiance, suppléera à ce qui manque de notre côté... »

    Sainte Ursule de Saint-Cyr-au-Mont-d'Or.

    « C'est toujours avec un nouveau bonheur que nous venons vous annoncer le modeste envoi de votre petite succursale de Saint-Cyr, où l'honneur de travailler pour les Partants n'est pas la moindre des récompenses accordées à la sagesse.

    « Avec quel, joyeux enthousiasme on y consacre les derniers instants d'une journée bien remplie par le, jeu, l'étude et la prière, à confectionner de chauds vêtements pour les missionnaires des régions glacées ou des ornements pour le sanctuaire! La pensée que ces objets recouvriront, soit un bras qui donnera le saint baptême, soit le corps d'un martyr. et mieux encore la personne adorable de Notre-Seigneur au saint sacrifice, excite les transports de la plus vive, de la plus suave, de la plus sainte émotion!... Aussi, quelle émulation pour les plus jeunes, encore exclues de cet honneur!... Comme elles aspirent au ruban violet, au cordon bleu qui leur donnera carte d'entrée à ces réunions mystérieuses oit se font des lectures si attrayantes : Annales des Partants; la Vie du V. Théophane Vénard, Un chevalier apôtre, etc.

    « Les exemples de ces généreux soldats du Christ excitent notre ardeur pour le bien et nous rendent moins austère le mot : Sacrifice.

    « L'amour qu'on s'efforce de nous inspirer pour les missions ne se bornera pas au temps béni du pensionnat. Pour répondre aux plus chers désirs de nos Mères dévouées, chacune de nous aspire à vous suivre, Madame la Vicomtesse, dans cette voie de l'apostolat oit vous entraînez de si nobles âmes.

    « Nos soirées apostoliques ont un nouvel attrait, encore plus puissant, pendant le séjour de notre vénéré et si cher Mgr Biet. Sa Grandeur veut bien encourager nospieux elforts ; souvent elle nous honore de son auguste présence, nous apportant le précieux contingent de ses conseils expérimentés, de ses récits pétillants de verve et d'entrain ou empreints de la plus vive émotion et couronne le tout par sa bénédiction paternelle... »

    Pensionnat du Verbe-Incarné, Belmont (Loire).

    « Nous sommes bien heureuses de vous adresser notre petite caisse contenant le trousseau confectionné avec tant de bonheur pour les chers Partants que nous admirons beaucoup et que nous désirons soulager et aider dans leur belle mission par nos prières, toujours plus ferventes quand nous les faisons pour les bons Pères et leurs petits protégés.

    « Toutes nous avons eu à coeur, Madame, de donner notre part de travail et de bonne volonté à la confection de ce modeste linge de mission : les grandes se sont adonnées aux objets les plus fins; celles qui sont plus jeunes ont accepté bien gentiment les ourlets, surjets et coutures; les plus petites qui voulaient utiliser leurs petits doigts pour les bons Pères distribuaient le fil, les aiguilles à celles qui en avaient besoin ou récitaient le chapelet auquel tout le monde répondait avec ferveur, car il était dit pour les missionnaires pendant les soirées qui leur étaient consacrées.

    « Un jour, chaque semaine, nous avons travaillé à notre cher trousseau, et si notre talent avait répondu à notre désir de bien faire, nous vous aurions envoyé de petits chefs-d'oeuvre; mais vous savez sans doute, Madame, ce que peuvent, faire d'inhabiles petites pensionnaires, aussi nous vous demandons d'accueillir avec une bien grande indulgence notre modeste envoi.

    « Nous sommes très reconnaissantes envers Mlle Anne-Marie Glaizot (notre devancière dans ce pensionnat) de nous avoir donné l'idée de travailler pour les missions et de nous avoir fourni les éléments nécessaires à la confection de ce petit trousseau; sans elle, nous n'aurions eu ni le plaisir, ni le mérite que nous a donnés notre gentil ouvroir.

    « Nous espérons avoir, ainsi que nos maîtresses, une petite part dans les prières des bons Pères, et nous osons croire.

    Madame, que nous vous donnons une petite, jouissance, car nous connaissons votre zèle et votre amour pour les chères missions.

    « Près du bon Dieu, veuillez nommer une fois les élèves du pensionnat de Belmont qui seront heureuses de faire avec vous un échange de souvenirs pieux... »

    Pain De Saint Antoine

    PAIN DES APOTRES

    J'avais promis 5 francs à saint Antoine pour le pain des apôtres, si j'obtenais une grâce demandée par son intercession. L'ayant obtenue, je m'empresse de vous envoyer mon offrande.

    Cinq francs en reconnaissance à saint Antoine pour une faveur qu'il m'a obtenue.

    J'avais promis à saint Antoine une garniture de nappe d'autel pour les missionnaires, s'il faisait cesser un malentendu de famille. Il m'a exaucée et a intercédé pour moi, je lui envoie la nappe promise.

    J'y joins 5 francs pour divers objets perdus qu'il m'a fait retrouver.

    Je lui demande en outre une prompte réussite dans la situation d'un jeune homme.

    0 mon bien-aimé saint Antoine, je vous remercie de m'avoir obtenu la grâce que je vous avais demandée, et je vous apporte la petite offrande promise.

    Je vous dis : à une autre fois, car j'ai encore bien des choses à vous demander, et j'espère que vous me les obtiendrez. J'ai la plus grande confiance, j'attends tout de votre grande bonté.

    Je viens demander à votre bon saint Antoine, au nom d'une famille dans la désolation, la guérison ou la grâce d'une bonne mort pour un père de famille au plus mal. Qu'il supplie la sainte Vierge de lui obtenir avec une contrition parfaite la rémission de ses fautes. Qu'il demande à Dieu le courage pour la jeune femme et les enfants de ce malade; qu'il leur obtienne les grâces nécessaires pour supporter chrétiennement l'épreuve terrible qui les menace.

    Notre communauté, écrit une Supérieure, aurait besoin de bons sujets, soeurs de choeur pour l'enseignement et soeurs converses, fortes de santé, avec un excellent esprit religieux pour toutes.

    Si, dans le cours de l'année, nous sommes exaucées, selon nos désirs et nos vues, nous promettons à saint Antoine de Padoue, pour le pain des partants, une aumône en conséquence de ce qu'il nous aura obtenu. Veuillez donc appuyer fortement nos prières auprès du bon saint.

    RECOMMANDATIONS

    Nous recommandons aux prières de nos associés l'Église, la France, le Souverain Pontife, les familles de nos Partants, nos séminaristes soldats, la Société des Missions-Étrangères.

    Une affaire importante. Une malade. Deux jeunes gens devant passer des examens très importants. Un voyageur. Deux femmes. Une jeune fille. La réussite de deux affaires très importantes. Deux affligés et quatre défunts (une aumône de 20 francs accompa-gnait ces deux dernières recommandations). Une vocation apostolique gnait ces deux dernières recommandations). Une vocation apostolique.
    1898/234-237
    234-237
    France
    1898
    Aucune image