Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Birmanie Septentrionale. Lettre de M. Lafon

Birmanie Septentrionale Lettre de M. Lafon Missionnaire apostolique. TRAVAUX Mandalay. Il y a quelques mois un ingénieur du gouvernement me proposait de prendre la direction d'une grande fabrique de poterie et de briques, s'engageant à acheter tout le produit de la fabrique pour les travaux publics. Je n'aurais eu à payer qu'un prix nominal soit de vente, soit d'achat au gouvernement.
Add this
    Birmanie Septentrionale

    Lettre de M. Lafon
    Missionnaire apostolique.

    TRAVAUX

    Mandalay.
    Il y a quelques mois un ingénieur du gouvernement me proposait de prendre la direction d'une grande fabrique de poterie et de briques, s'engageant à acheter tout le produit de la fabrique pour les travaux publics.
    Je n'aurais eu à payer qu'un prix nominal soit de vente, soit d'achat au gouvernement.
    Je parlai de la chose à Monseigneur ; mais pour accepter l'entreprise il m'aurait fallu abandonner mon établissement actuel, et Monseigneur n'a personne pour me remplacer. Ah ! Si j'avais eu un groupe de Frères, de ceux qui sont pour les écoles industrielles.
    Malgré tout le travail que j'ai ici, à Mandalay, je me suis vu obligé de commencer une école à Amarapoura, l'ancienne capitale des rois Birmans, à 8 milles de Mandalay. L'école est assez florissante. J'ai de plus acquis un grand terrain pour ressusciter l'ancienne mission catholique qui existait au XVIIIe siècle. J'ai trouvé trois vieux cimetières catholiques et la tombe de plusieurs chrétiens, de prêtres, et d'un évêque. L'inscription porte que cet évêque fut enseveli en cet endroit en 1793.
    L'école que j'ai établie a amené un certain nombre de familles de catéchumènes à se fixer sur le terrain que j'ai acheté.
    J'y vais faire ma visite tous les jeudis. Priez le bon Dieu de bénir ce nouveau village. Il est très commode à administrer, n'étant pas loin de Mandalay ; on peut y aller à pied, en voiture, en automobile, en chemin de fer, en bicyclette. Les Frères de Mandalay ont trouvé l'endroit si joli et si commode, qu'ils vont y bâtir une maison de campagne pour les promenades du jeudi. Cela me donne bien un petit surcroît de besogne. Mais que voulez vous? Il n'était pas excusable de négliger la bonne occasion; et le bon Dieu y pourvoira.
    Nos chères soeurs Franciscaines Missionnaires de Marie n'ont pu se recruter. Elles ne sont que six, et elles devraient être neuf, et pendant la guerre, il n'y a guère d'espoir de recevoir de nouvelles recrues. Leur couvent temporaire est rempli à en déborder. Elles ont une quarantaine de fillettes, une douzaine de veuves et des bébés.
    Je voudrais pouvoir leur bâtir un couvent ; mais ce n'est pas possible; je n'ai pas assez de ressources, et l'endroit que je leur destine n'est pas encore complètement évacué. Mais je suis sûr que la divine Providence arrangera tout pour le mieux. En attendant, les murs de mon église montent lentement.
    Je crois que je vous ai dit que je construis une église aux murs en ciment armé. C'est très dispendieux, très compliqué et très long à faire. J'ai été lancé là dedans pour ainsi dire malgré moi, par suite des circonstances et des événements, et maintenant il faut que j'aille de l'avant. Je ne regrette rien puisque c'est pour la gloire du bon Dieu.

    1919/32
    32
    Birmanie
    1919
    Aucune image