Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Birmanie Méridioale : Historique des Stations Chrétiennes Leurs titulaires 1

Birmanie Méridioale : Historique des stations Chrétiennes Leurs titulaires PAR M, LUCE Provicaire apostolique RANGOON I L'IMMACULEE CONCEPTION (Cathédrale).
Add this

    Birmanie Méridioale :



    Historique des stations Chrétiennes Leurs titulaires



    PAR M, LUCE



    Provicaire apostolique



    RANGOON



    I



    L'IMMACULEE CONCEPTION (Cathédrale).





    LA paroisse de la ville Rangoon sous le vocable de la Conception de Marie remonte à l'an 1756, alors cure Alongpra, sûr à l'avance d'une victoire finale sur le roi du Pégou, décide la fondation d'une nouvelle capitale sous le nom de Yan-Gon (fin du combat, aujourd'hui Rangoon).

    La colonie portugaise depuis longtemps établie à Dagou , nom originaire de Rangoon, possédait à Talgalay, aujourd'hui le quartier de Lammadaw, une église dédiée à Notre-Dame du Rosaire.

    A leur arrivée, en 1756 les Pères Barnabites s'empressèrent d'élever un temple en l'honneur de la Conception de Marie, et qui bientôt fut connu sous le nom de paroisse de la Ville, au sud-est, vis-à-vis le « Fychte Square » actuel.

    Avec le presbytère il y avait encore une école et un orphelinat pour jeunes filles. Tous ces bâtiments furent détruits lors de la première guerre anglo-birman 1824-25. Rebâtis à neuf, ils subirent le même sort à la suite de la seconde guerre 1852-53.

    Quand, en 1856, Mgr Bigandet prit la direction du Vicariat d'Ava et Pégou, il ne trouva pour toute église qu'une méchante hutte en bambous. Encore fût elle emportée par le vent quatre jours après. L'évêque de Ramatha se mit en devoir de construire une résidence et une cathédrale convenables, à la jonction des rues « Merchant et Barr ».

    La première pierre en fut posée au mois de février 1858, et l'édifice, don d'un riche Arménien du nom de Grégory Avanis, ouvert au culte le 3e dimanche de l'Avent 1859.

    Quelque temps après, 1861, Mgr Bigandet complète cette nouvelle installation par l'ouverture d'une école de garçons sous la direction des Frères des Ecoles chrétiennes. Cette dernière construction devint bientôt trop étroite. Un nouveau et plus gracieux bâtiment d'école fut élevé tout près de la pagode Soalay.

    Le développement vraiment extraordinaire de la ville et du port de Rangoon eut pour heureux résultat une augmentation considérable dans la population catholique.

    La cathédrale, située à Barr street devenait de beaucoup insuffisante, et par sa position entre deux rues, il était impossible de bâtir plus en grand. Le prélat presque octogénaire dut céder (1891) aux instances des principaux paroissiens de la cathédrale et chercher un terrain plus vaste afin d'y bâtir une église plus en rapport avec les aspirations et les besoins de la communauté catholique.

    Le résultat fut la demande et l'acquisition d'une propriété avoisinant la nouvelle école des Frères à l'est de la ville. Le gouvernement anglais permit de vendre lancien terrain de Barr street et d'en employer le montant à la construction dune nouvelle église cathédrale. Clergé et fidèles eurent à coeur de témoigner leur reconnaissance en élevant à la gloire de Dieu et de sa sainte Mère le beau monument qui fait aujourdhui l'admiration de tous. Aussi bien la divine Providence leur vint en aide d'une manière visible en leur faisant trouver un architecte et un entrepreneur émérite en la personne du cher et vénéré M. H. Janzen. Le travail des fondations commencé en 1895 sous la direction de M. H. Hoyne-Fox est repris et terminé en 1899 par. M. Janzen. La première pierre était posée le 19 novembre 1899 Dix ans plus tard, le 21 du même mois, l'église était bénite et ouverte au culte. Elle fut solennellement consacrée par Mgr Cardot le 22 février de l'année suivante, toujours sous le vocable de lImmaculée Conception de la Bienheureuse Vierge Marie.



    CURÉS :



    PP. Benigno Avenati. . . . . 1756-65

    Marcel Cortenovis . . . . 1765-1802

    Vicenti Bruno. . . . . 1840-44

    J.-C. Paruzza. . . . . 1852-56

    MM. P. Barbe. . . . . 1856-61

    P. V. Gabutti . . . . . 1858 62

    MM A. Bourdon . . . . . 1863-72

    H. Baërt . . . . . 1872 82

    I. A Cardot . . . . . 1882-83

    H. Baërt . . . . . 1883-85

    N -P. Sadoux . . . . . 1885-90

    P. Saint-Guily . . . . . 1890-96

    E. Luce . . . . . 1896.



    VICAIRES :



    MM. A. Lecomte . . . . . 1856-58

    A. Martin. . . . . . 1860-

    J L. Le Rouvreur . . . . 1807-77

    N.-P. Sadoux . . . . . 1877-80

    H. Kromer . . . . . 1880-86

    E. Luce. . . . . . 1886-89

    F. Perroy . . . . . 1889-90

    F. Provost . . . . . 1900-03

    G. Allard. . . . . . 1903-06

    J. Vérine. . . . . . 1907-



    II



    SAINT-JEAN -BAPTISTE.



    La paroisse Saint Jean-Baptiste, située aujourd'hui au centre de la ville de Rangoon, prit naissance au moment où Alongpra vainqueur des Pégouans à Syriam en 1756, résolut de faire de Rangoon, ou mieux Yan-Gon (fin du combat) la capitale d'une nouvelle province de l'empire birman. Une belle église en briques y fut construite probablement par le P. Melchior Carpani et bénite solennellement vers 1768 par Mgr G. Percotto. Il y avait également un collège pour jeunes gens. Le P. Vincent San-Germano l'agrandit et en fit une école vraiment supérieure d'où sortirent des prêtres, des ingénieurs, des chirurgiens, des pilotes, etc. Toutes ces belles constructions disparurent dans la tourmente que causa la première guerre d'invasion 1824-25. Le curé d'alors, P. de Britto, fut emmené captif à Ava. Relâché deux ans après il revient à Rangoon relever la paroisse et y mourir en 1836. Les bâtiments de la mission reconstruits à grande peine furent de nouveau détruits lors de la seconde guerre 1852-53. Peu après son arrivée, 1857, Mgr Bigandet élève une école et un orphelinat de filles qu'il confie d'abord en 1860, aux Soeurs de l'Apparition de Saint-Joseph de Marseille, puis aux Soeurs du Bon-Pasteur en 1867. Dix ans plus tard, une nouvelle église paroissiale est ouverte en faveur des nombreux fidèles Birmans qui habitent ce quartier. Le presbytère n'est construit qu'en 1894 par M. J. B. Perret qui, en 1900, refait l'église à neuf et sur un plan beaucoup plus vaste que la précédente. A la paroisse Saint-Jean se rattache la mission chinoise commencée par M. H. Kromer en 1880. Les paroissiens de Saint-Jean viennent en souvenir de leur défunt et bien-aimé pasteur, M. Perret, d'élever une tour monumentale servant de clocher. Ils ne désespèrent pas de pouvoir, un jour, couronner leur oeuvre par l'addition d'une flèche hardie en rapport avec le reste de l'édifice.



    CURÉS:



    PP. Melchior Carpani . . . . . 1757-64

    Gérard Cortenovis . . . . 1764-79

    Vincent San-Germano . . . 1783-1806

    John Koo. . . . . . 1806-1807

    Ignatius de Britto . . . . 1808-1824

    Id. . . . . . 1826-1836



    ADMINISTRATEURS DE LA PAROISSE, MAIS AYANT RÉSIDENCE A L'ÉVÊCHÉ :



    MM. H. Kromer . . . . . 1877-1887

    J. B. Perret . . . . . 1887-1894



    CURÉ EN RÉSIDENCE A SAINT-JEAN :



    MM. J. B. Perret. . . . . . 1894-1907

    Ch. Rouyer. . . . . . 1907-1908

    G. Allard. . . . . . 1908-1909

    L. Picot. . . . . . 1909..



    MAI JUIN 1912, N° 87.



    III.



    SAINT JEAN-BAPTISTE.



    Eglise militaire du Cantonnement.



    L'occupation anglaise de Rangoon en 1853 décida le dernier des évêques oblats, Mgr Balma, alors en résidence à Moulmein, à entreprendre dans la partie nord de la Capitale, réservée pour « Cantonnements » aux troupes et hauts fonctionnaires du Gouvernement, la construction d'une église sous le vocable de Saint Jean-Baptiste, assez vaste et assez convenable pour en faire un jour une cathédrale.

    Le P. C. Paruzza se mit à l'oeuvre. Elle n'était pas encore achevée lors de la prise de possession par Mgr Bigandet, en 1856. Une somme de 20.000 roupies avait été dépensée : Impossible de trouver de quoi finir. L'évêque de Ramatha s'adresse aux autorités militaires qui consentent à terminer l'édifice, à condition que la propriété leur en soit garantie pour l'usage des soldats catholiques de la garnison. Mgr Bigandet finit par céder, non sans un certain dépit de voir passer pareil monument entre les mains du Gouvernement pour la modique somme de 8.000 roupies que coûta son achèvement.

    Depuis l'église est fort bien entretenue aux frais de l'Etat qui de plus y maintient un aumônier militaire.



    AUMÔNIERS.



    MM. P. C. Paruzza . . . . . 1853-60

    L. Bernard. . . . . . 1860-84

    J. Gandon. . . . . . 1884-85

    F. Guérin. . . . . . 1885-96

    P. Saint-Guily. . . . . 1896-99

    A. Duhand. . . . . . 1899-08

    P. Saint-Guily . . . . . 1908...



    IV



    SAINT-ANTOINE.



    Dès son arrivée à Rangoon, en 1870, M. J. L. Le Rouvreur reçut pour mission de s'occuper des nombreux chrétiens Tamouls que l'amour du gain attirait à la Capitale. Une modeste chapelle construite sur le terrain de Saint-Jean devint bientôt trop étroite. Mgr Bigandet fit acquisition de l'emplacement actuel en 1872. Un premier bâtiment moitié en maçonnerie moitié en bois servit de lieu de prière et d'école. Enfin de 1874 à 1877 le zélé missionnaire réussit à élever l'église actuelle. M. X. Bohn y ajouta deux travées et une façade flanquée de deux tourelles (1900). A son tour M. Chave vient de bâtir à la place de la première construction brûlée en 1908 une vaste école de garçons. D'autres constructions offrent un abri aux chrétiens de passage. Une école de filles ne tardera pas sans doute à compléter les oeuvres de cette intéressante paroisse.



    CURÉS.



    MM. J.-L. Le Rouvreur. . . . . 1870-93

    Ch. Lefebvre . . . . 1893-94

    J.-B. Mourlanne . . . . 1894....



    VICAIRES.



    MM. N.-P. Sadoux . . . . . 1882 85

    Ch. Lefebvre . . . . 1888-93

    J.-B. Mourlanne . . . . 1893-94

    X. Bohn . . . . 1894-1901

    J. Béruard . . . . . 1896-99

    L. Ravoire. . . . . . 1900-05

    L. Mazoyer . . . . . 1902-08

    R. Chave . . . . . 1903....

    A. Sellos . . . . . 1907....

    J. Riouffreyt . . . . . 1909....



    THAYET-MY0



    NOTRE DAME DE LASSOMPTION.



    Le poste militaire de ce nom date de l'occupation de Prome en 1852 par les Anglais. Son importance stratégique, à 30 milles au nord de Prome, sur la frontière de la Birmanie Anglaise a disparu depuis l'annexion de 1885. Ce n'est qu'après le retrait quasi-total de la garnison, que les autorités militaires ont cessé d'y entretenir un aumônier catholique. Lors de sa première visite pastorale en 1856, Mgr Bigandet y trouva une chapelle sur le bord de l'Irrawaddy, à proximité de la caserne de l'artillerie. L'année suivante, la construction du fort et le voisinage d'une poudrière furent cause qu'une nouvelle église dût être ouverte un peu plus loin. Elle existe encore aujourd'hui. Supprimée d'abord, l'Aumônerie fut de nouveau reconnue nécessaire ; elle a été abolie en 1897.



    AUMÔNIERS MILITAIRES.



    PP. C. Pacchiotti. . . . . . 1852-57

    C. Paruzza. . . . . . 1857-61

    MM. F. Guérin . . . . . 1861-64

    J. Navech. . . . . . 1864-70

    H. Baërt . . . . . 1870-72

    L. Petit. . . . . . 1872-77

    F. Guérin. . . . . . 1878-85

    Ch. Lefebvre . . . . . 1885-88

    P. Saint Guily . . . . . 1888-90

    N. Sadoux. . . . . . 1890-93

    A. Ballenghien . . . . 1893-94

    N. Sadoux. . . . . . 1894 96

    P. de Chirac . . . . . 1896-97



    THONZEH



    SAINT-JOSEPH.



    La fondation de ce poste (70 milles au nord de Rangoon) remonte à l'année 1870, avant l'ouverture de la ligne du chemin de fer de la capitale à Prome, une des villes les plus importantes de la rive gauche de l'Irrawaddy.

    M. H. Baërt paraît avoir été le premier missionnaire à visiter ces parages. C'est sans doute à la suite d'un rapport favorable que Mgr Bigandet y envoya le P. J.-B Pakin. Les constructions en bambou élevées par lui firent place à une belle et vaste résidence aménagée pour chapelle et école ; le tout fort bien compris est l'oeuvre de M. J. Gandon. Son successeur M E Freynet construisit une coquette église en 1882. Elle est aujourd'hui avantageusement remplacée par un édifice gothique tout à l'honneur de M. Perroy. Le monument fut solennellement bénit et ouvert au culte le 10 mai 1911. Les écoles sont également sur un excellent pied, vraie miniature d'Université pour nos écoles des bois.



    CURÉS.



    P. J.-B. Pakin . . . . . 1873-79

    MM. J. Gandon . . . . . 1879-80

    E. Freynet . . . . . 1880-88

    J. Gandon . . . . . 1888-89

    E. Luce . . . . . 1889-90

    F. Perroy . . . . . 1890-1902

    E. Butard . . . . . 1902-1903

    V. Granger . . . . . 1903.......



    VICAIRES.



    P. Andreas . . . . . 1885-92

    MM. F. Perroy . . . . . 1889-90

    T. Bohn . . . . . 1897-99

    F.Héraud . . . . . 1899-1900

    P. Rieu . . . . . 1900-1901

    E. Foulquier. . . . . . 1901-1902

    V. Granger . . . . . 1902-1903



    GYOBINGAUK ET PROME



    SAINT-MICHEL.



    Pendant qu'il était curé de Thonzeh, M. E. Freynet prévit que la chrétienté naissante de Gyobingauk, localité importante, à mi-chemin sur la voie ferrée entre Thonzeh et Prome, était appelée à devenir un centre d'évangélisation. Dès l'année 1885, il demande et obtient du gouvernement un magnifique emplacement à l'ouest et à proximité de la gare. L'année suivante il entreprend la construction d'une résidence propre à servir de chapelle et d'école.

    M. Gandon continue j'oeuvre de son prédécesseur. M. Luce fonde définitivement le poste actuel en 1890. L'église est terminée en 1892. Les bâtiments des écoles suivent. L'école des garçons devenue trop étroite est sous la direction de M. Pavageau ; elle est remplacée en 1908 par une vaste construction en maçonnerie avec aile servant de presbytère.

    Au poste de Gyobingauk se rattache la chrétienté de Prome établie en 1878, peu après l'ouverture de la ligne de chemin de fer qui relie Rangoon à. l'Irrawaddy.



    CURÉS.



    MM. E. Luce . . . . . 1890-96

    L. Pavageau . . . . . 1896 09

    J. Mourlanne . . . . . 1909...



    VICAIRES.



    MM. Mignot . . . . . 1891-92

    P. Andréa . . . . . 1892-1898

    M. A. Ballenghien . . . . 1894-1895

    P. D. Daniel . . . . . 1902

    M. Charbonnel . . . . 1903-1904

    P. L. Lucas . . . . . 1909...



    M0ULMEIN



    I



    SAINT PATRICE



    C'est vers 1832, sur la demande de Mgr F. Cao, que la nouvelle ville de Moulmein avec le territoire avoisinant, y compris Amherst, à l'embouchure de la Salouen, fut détachée de la mission de Siam pour être confiée au Vicaire apostolique d'Ava et Pégou. Ce dernier s'empressa d'y fixer sa résidence. Ses successeurs, Mgr Ceretti et Mgr Balma, firent de même. La première chapelle construite à Moulmein, le fui en 1829 par M. J. P. Barbe, missionnaire de la presqu'île de Malacca, relevant alors de la mission de Siam. Mgr Cao élève à son tour une résidence en maçonnerie. Son provicaire, M Delprino, entreprend en 1843 la construction d'une école de filles confiée, en 1848, par Mgr Balma, aux Soeurs de Saint-Joseph de l'Apparition de Marseille. Peu de temps après, une école de garçons est ouverte aux frais de M. Jean Boudville. Elle est confiée aux Frères des Ecoles Chrétiennes par M. Ducotey en 1859.

    Cette même année l'église actuelle de Saint Patrice, grâce au concours de MM. F. Remos et Philipps et surtout au zèle de M. Ducotey était livrée au culte. Les deux écoles sont agrandies et améliorées à mesure que le besoin s'en fait sentir et que les ressources le permettent. Depuis le retrait de la garnison, Saint Patrice a perdu de son ancienne splendeur. Elle nen reste pas moins une paroisse importante et le centre de nos oeuvres d'éducation dans cette partie du Vicariat.



    MAI JUIN 1912, N° 87.



    CURÉS



    M. J.-P. Barbe . . . . . . 1827-30

    Les PP. Boccacio. . . . . . . 1839-43

    J. Delprino. . . . . . . 1842-47

    J.-B. Balma. . . . . . . 1846-48

    C. Paruzza. . . . . . . 1848-50

    G. D'Cruz. . . . . . . 1855-56

    MM. X. Ducotey. . . . . . . 1856-64

    F. Guérin. . . . . . . 1864-78

    J. Zahm. . . . . . . 1878-81

    J. Gandon. . . . . . . 1881-83

    A. Cardot. . . . . . . 1883-94

    Ch. Lefebvre . . . . . . 1894-95

    X. Boulanger . . . . . . 1895....



    VICAIRES.



    Les PP. Ignatius Stork . . . . . . 1840-43

    J.-B. Pacchiotti. . . . . . 1843 .

    M. Bucalla. . . . . . . 1843 - 47

    J. Pogolotti. . . . . . . 1845-47

    V. Bruno. . . . . . . 1845-56



    II



    NOTRE DAME DES DOULEURS A MAYAN GON.



    Pendant son court passage de 5 ans (1843-48) à Moulmein, Mgr F. Ceretti trouva moyen d'acheter le terrain actuel de Mayan gon, en vue d'y établir un collège. Ce premier plan fut abandonné en faveur de la fondation d'une paroisse sous le vocable de Notre Dame des Douleurs. De même, à Amherst, le vénéré prélat s'assurait un emplacement pour le bien spirituel des pilotes habitant cette localité.

    Dès son arrivée à Mayan gon, le P. Francis Bertelli, qu'un séjour en Haute Birmanie avait rendu maître de la langue Birmane, installe une presse et publie nombre de livres et de brochures ayant trait à la diffusion de la religion catholique.

    M. Dumollard aidé de M. Ramos ouvre une école de filles. M. Chevillon construit une chapelle en bois en 1865. Son successeur, M. J Zahm, la remplace par l'église actuelle, destinée à son tour à disparaître devant le beau monument que M. de Chirac est en train d'élever à côté du magnifique presbytère qu'il a déjà bâti.



    CURÉS.



    Les PP. F. Bertelli. . . . . . . 1846-1856

    V. Gabutti. . . . . . . 1856-58

    MM. P. Dumollard. . . . . . . 1857-59

    E. Chevillon. . . . . . . 1861-70

    J. Zahm. . . . . . . 1870-78

    L. Biet. . . . . . . 1878-86

    P. de Chirac. . . . . . . 1886 1907

    G. Vérine. . . . . . . 1907-08

    P. de Chirac. . . . . . . 1908

    à suivre).












    1912/143-150
    143-150
    Birmanie
    1912
    Aucune image