Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Bibliographie

Bibliographie DEUX NOUVEAUX DICTIONNAIRES FRANÇAIS CHINOIS. Les dictionnaires composés pour l'usage des sinologues français sont certes assez nombreux. Quelques-uns atteignent même la perfection du genre et font l'admiration des connaisseurs. Malgré leurs qualités ils ne peuvent suffire dans la province du Kouang-Tong, car ils sont composés pour l'étude de la langue mandarine qui n'est pas en usage dans cette province.
Add this
    Bibliographie

    DEUX NOUVEAUX DICTIONNAIRES FRANÇAIS CHINOIS.

    Les dictionnaires composés pour l'usage des sinologues français sont certes assez nombreux. Quelques-uns atteignent même la perfection du genre et font l'admiration des connaisseurs. Malgré leurs qualités ils ne peuvent suffire dans la province du Kouang-Tong, car ils sont composés pour l'étude de la langue mandarine qui n'est pas en usage dans cette province.
    Le dialecte particulier au pays « le Pounti » est parlé par 20 ou 30 millions d'habitants, il mérite donc une attention spéciale. D'ailleurs l'étude en est absolument nécessaire à ceux de nos compatriotes qui sont obligés d'entretenir des relations avec les indigènes. D'un autre côté notre belle langue n'est pas très connue des Chinois de ce pays-ci malgré la proximité de l'Annam et du Tonkin. Les relations entre Français et Chinois sont maintenant devenues plus fréquentes. Plusieurs mandarins ont demandé à ouvrir des écoles de Français. On a ouvert des écoles à Canton et à Pakhoi, à Tong-koun, Sank-woui, Long-hin, et on se prépare à en ouvrir plusieurs autres.
    Pour assurer le succès de ces écoles, il faut des livres, et parmi ces livres n'est-ce pas le dictionnaire qui est un des plus utiles ? Or, jusqu'ici aucun dictionnaire en langue française n'existait pour faciliter l'étude des dialectes parlés dans la province.
    Pour remplir cette lacune deux missionnaires de la Société des Missions Etrangères se sont mis à luvre. Le désir d'être utiles à leurs compatriotes et aux Chinois, les encouragements de leurs supérieurs les ont aidés à triompher des difficultés d'une telle oeuvre. Les directeurs de l'imprimerie des Missions Etrangères à Hong-kong leur ont prêté le concours le plus empressé.
    Le premier de ces dictionnaires est luvre du P. Aubazac, le second est du P. Charles Rey, tous les deux missionnaires dans le Kouang-tong.
    Pour la transcription du chinois en français les auteurs ont employé les syllabes homophoniques marquées d'après l'orthographe française. Ils ont voulu réagir contre ce préjugé qui a fait croire que la langue française est moins apte que d'autres à exprimer les sons de la langue chinoise.
    Le dictionnaire Français-Pounti contient, outre le dictionnaire proprement dit, des exercices sur la prononciation, sur les tons, sur la lecture, une petite grammaire. Un appendice expose le tableau chronologique des dynasties de l'empire chinois et quelques pages de géographie. Une particularité qui distingue ce dictionnaire, c'est que les tons y sont marqués par les chiffres 1, 2, 3, 4, placés à gauche du mot, en haut ou en bas selon que le ton appartient à la gamme basse ou élevée. Si l'on eût suivi la méthode ordinaire il eût fallu huit signes différents placés tantôt en haut, tantôt en bas, tantôt à droite, tantôt à gauche ; tout autant de signes qui enveloppent les mots d'un réseau impénétrable plus difficile à débrouiller que les énigmes du sphinx antique. Ce système décourage les esprits les mieux disposés. C'est pourquoi, dans le nouveau dictionnaire Pounti, on a voulu le simplifier. A la seule vue du chiffre, l'étudiant distingue à quelle gamme et à quel ton appartient le mot chinois.
    Quant à la traduction proprement dite, l'auteur donne d'à bord le mot français avec son sens obvie et naturel, puis sa traduction en caractères chinois, les diverses acceptions du mot et leurs correspondantes en chinois viennent ensuite. On y trouve aussi des expressions tirées des livres. Ce dictionnaire, petit in-4° de 400 pages, contient tous les renseignements nécessaires pour obtenir une connaissance complète de la langue pounti.
    Le dictionnaire Hakka-Français a été composé aussi avec beaucoup de soin. L'auteur, on le voit, a vécu au milieu des Hakkas ; son livre est le fruit du travail de quinze ans. Mais pourquoi un dictionnaire Hakka ? Où ce dialecte est-il parlé ? Demanderont beaucoup de nos Français. Je répondrai qu'il est parlé là où sont les Hakkas et ils sont un peu partout dans les provinces du Kouang-tong, du Kouang-si, à Singapore, à Pinang, à Siam. De plus le hakka est une belle langue douce, harmonieuse et qui a de nombreuses affinités avec le mandarin. L'étude en est donc très utile. L'auteur du dictionnaire en a rendu la lecture facile et attrayante comme celle d'un roman par le choix de ses expressions qui ont un goût de terroir très agréable et dénotent un observateur sagace qui a pris la langue sur le vif et lui a dérobé tous ses secrets.
    Nos plus sincères félicitations aux auteurs des deux dictionnaires.
    M. Doumer toujours disposé à encourager les efforts de ceux qui travaillent à propager l'influence de la France a daigné envoyer, avant son départ, une récompense aux auteurs et a demandé cent exemplaires de chaque dictionnaire pour l'administration.
    (Écho de Chine 25 juin 1902).
    Le Rédacteur : Adrien LAUNAY.

    NOMS ET ADRESSES

    DES PERSONNES AUXQUELLES CES ANNALES DOIVENT ÊTRE TRANSMISES
    SUCCESSIVEMENT :

    M..........................................................................................................................................
    M .........................................................................................................................................
    M .........................................................................................................................................
    M .........................................................................................................................................
    M..........................................................................................................................................

    Le Gérant : LE BAYON.

    Vannes. Imprimerie LAFOLYE FRÈRES, 2, place des Lices.

    1903/127-130
    127-130
    France
    1903
    Aucune image