Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Bibliographie

Bibliographie LA BIBLE MÉDITÉE PAR E. CHARGEBEUF Des Missions Etrangères de Paris. TOME IV. — LE NOUVEAU TESTAMENT Ce tome IV et dernier complet l'ouvrage du P. Chargebeuf, que nous avons pris soin d'annoncer à nos lecteurs quand parurent les volumes traitant de l'Ancien Testament. Ils 'trouveront dans celui-ci la même méthode et aussi la même richesse que dans ses aînés.
Add this
    Bibliographie

    LA BIBLE MÉDITÉE

    PAR E. CHARGEBEUF
    Des Missions Etrangères de Paris.

    TOME IV. — LE NOUVEAU TESTAMENT

    Ce tome IV et dernier complet l'ouvrage du P. Chargebeuf, que nous avons pris soin d'annoncer à nos lecteurs quand parurent les volumes traitant de l'Ancien Testament. Ils 'trouveront dans celui-ci la même méthode et aussi la même richesse que dans ses aînés.
    Les méditations sur l'Evangile ne manquent pas, et pourtant, il serait difficile, croyons-nous, de trouver ailleurs des réflexions si substantielles, si suggestives sur la vie de Notre Seigneur, ses mystères, ses miracles, ses paraboles, etc., etc.
    En ce qui regarde les Acte des Apôtres, les Epîtres et l'Apocalypse, nous avons vraiment de l'inédit : nulle part, on ne trouve ces nages inspirées divisées en méditations, comprenant chacune trois points principaux qui se subdivisent à leur tour en trois ou quatre pensées maîtresses, suivant infailliblement l'ordre même des chapitres.
    De ce dernier volume donc, on peut répéter ce que disait des premiers la Revue Bénédictine, qu'il devrait être le « compagnon de la Bible et du Manuel Biblique en usage, aux mains de tous les prêtres, de tous les séminaristes de nos grands séminaires ».
    Nos missionnaires pourront se procurer l'ouvrage à des conditions vraiment exceptionnelles de bon marché ; c'est en effet à 2 fr. le volume, et 8 fr. L’ouvrage complet qu'il leur est cédé s'ils adressent les demandes à la Procure des Commissions, 128, rue du Bac, Paris.
    Monseigneur l'archevêque de Paris a bien voulu écrire à l’auteur quelques mots de félicitations que nous sommes heureux d'insérer ici... C'est la continuation des encouragements donnés aux volumes précédents par le vénérer Cardinal Richard et par Sa Sainteté Pie X

    ARCHEVÊCHÉ DE PARTS le 14 août 1911

    MON RÉVÉREND PÈRE,

    Je vous remercie d'avoir bien voulu m'offrir votre ouvrage « La Bible Méditée », dont mon vénéré prédécesseur avait encouragé et béni la publication.
    Avec lui je vous félicite d'avoir voulu aider les âmes, et spécialement les âmes sacerdotales, à chercher dans les Livres sacrés l'aliment de leur vie surnaturelle. Votre travail n'est que l'application de la parole de saint Paul: « Omnis scriptural divinitus inspirata, utilis est... ad erudiendum in justitia, ut perfectus sit homo Dei ! »
    Je prie l'Esprit Saint d'assister de sa grâce ceux gui, méditeront à votre suite ses divins enseignements.
    Veuillez agréer, mon Révérend Père, l'expression de mes sentiments bien dévoué en N. S.
    + LÉON ADOLPHE, arch. de Paris.

    CENT MORCEAUX DIVERS

    A LA MÉMOIRE DE NOS MARTYRS

    À la Procure des Dissions Etrangères, 128, rue du Bac, PARIS

    Le volume cartonné de plus de 200 pages est laissé aux missionnaires au prix de faveur de 1 franc. On possède quelques exemplaires brochés qui seront laissés au prix de 0 francs 90 à ceux qui les préféreraient ainsi...

    Au ciel, nous dit saint Jean, les Bienheureux chantent devant le -trône de Dieu... Plusieurs de nos martyrs chantaient dans leurs prisons et en allant au dernier supplice... C'était pour eux sans doute line vieille habitude, car la plupart de nos martyrs étaient quelque peu poètes !
    C'est au chant du 7e Deum que l'Eglise les a inscrits au livre d'honneur... et les peuples ont répondu aux échos de saint Pierre de Rome en chantant à leur tour des Triduum solennels à la gloire de ces héros chrétiens.
    Quoi de plus naturel en effet que de manifester sa joie par le chant ? Saint Jean Chrysostome qui, de sa bouche d'or devait chanter les mélodies liturgiques aussi harmonieusement qu'il parlait, a dit à ce sujet des paroles remarquables et nous ne pouvons résister au plaisir d'en rappeler ici quelques-unes :

    « Il y a dans lé chant et dans la musique, nous dit ce Père de l'Eglise, un charme si approprie à notre nature, que c'est un moyen de calmer même les enfants à la mamelle. Aussi les nourrices, qui les portent dans leurs bras, vont et viennent en leur chantant des airs enfantins qui réussissent à fermer leurs paupières.
    « C'est encore pour la même raison que l'on voit souvent, vers le milieu du jour, des gens en voyage, chanter pour adoucir les désagréments de la route.
    « Et non seulement les voyageurs, mais encore les cultivateurs chantent fort souvent, lorsqu'ils foulent les raisins ou qu'ils font la vendange.
    « Les matelots chantent aussi en maniant la rame... Et quand les femmes font de la toile et qu'elles démêlent avec la navette les fils embrouillés de la chaîne, elles chantent aussi, soit chacune en son particulier, soit toutes en choeur... »
    Le missionnaire, père spirituel de ces peuples enfants d'Extrême-Orient, a, lui aussi, bien des douleurs à bercer... Il poursuit sa route à travers bien des épines physiques et morales... Il cultive à la sueur de son front, un champ bien rocailleux et ourdit une toile d'un travail parfois fastidieux !..Qu'il chante donc pour affronter plus coura gueusement le fardeau de la vie... pour imiter les aînés... pour porter plus facilement sa croix ici-bas... et se préparer à faire bonne figure un jour au milieu des célestes choeurs !
    Notre Séminaire,
    Voit s'épanouir
    La fleur printanière
    Du Saint, du Martyr !
    Chantons donc sur terre,
    Chantons tout joyeux
    Ceux que le Saint Père
    A fait naître aux cieux !

    1911/328-330
    328-330
    France
    1911
    Aucune image