Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Annam : Ordonnance Royale

Annam Dans le dernier numéro des Annales, nous annoncions que par une ordonnance de l'Empereur d'Annam, Khai-Dinh, une fête nationale serait célébrée et qu'un service solennel aurait lieu dans la cathédrale de Hué, en mémoire de Mgr Pigneaux de Béhaine, évêque d'Adran, et des officiers, soldats et marins français des expéditions de 1787-1789. Voici la traduction de cette ordonnance : Ordonnance Royale En date du 19 du 2e mois de la 7e année de Khai-Dinh (17 mars 1921) AU SUJET DE LA CÉLÉBRATION D'UNE MESSE SOLENNELLE
Add this
    Annam

    Dans le dernier numéro des Annales, nous annoncions que par une ordonnance de l'Empereur d'Annam, Khai-Dinh, une fête nationale serait célébrée et qu'un service solennel aurait lieu dans la cathédrale de Hué, en mémoire de Mgr Pigneaux de Béhaine, évêque d'Adran, et des officiers, soldats et marins français des expéditions de 1787-1789.
    Voici la traduction de cette ordonnance :

    Ordonnance Royale

    En date du 19 du 2e mois de la 7e année de Khai-Dinh
    (17 mars 1921)

    AU SUJET DE LA CÉLÉBRATION D'UNE MESSE SOLENNELLE
    A L'OCCASION DE LA FÊTE COMMÉMORATIVE DE LA DYNASTIE ACTUELLE.

    La présente année nham-tuat, au cours de laquelle aura lieu la fête commémorative de la Dynastie actuelle, fête devenue nationale, coïncide avec la même année nham-tuat où le The-to-cao-hoang-de (Empereur Gia Long) réalisa la conquête définitive du royaume en remportant la victoire sur ses adversaires. Dès lors, tous les gens du peuple, tant fonctionnaires qu'habitants, purent jouir de la paix et de la tranquillité, grâce à son oeuvre grandiose, dont le résultat se fait sentir jusqu'à nos jours où nous vivons au milieu de la joie.
    La nécessité s'impose de rehausser l'éclat de la fête en vue de perpétuer le souvenir des oeuvres de ce grand Empereur. Il appartient au Ministère des Rites de prélever un crédit supplémentaire pour célébrer la fête avec plus de solennité.
    Cette fête est également consacrée à la mémoire de Ang-Due-hoang-thai-tu (héritier présomptif de l'empereur Gia-Long) et des sujets méritants, pionniers de la Dynastie ; par là notre but est de se souvenir des services remarquables qu'ils ont rendus.
    Cependant lorsque nous conçûmes l'idée première d'organiser cette fête commémorative, tous les aspects de la question ne nous étaient pas apparus. Le prince héritier n'est pas parti seul pour la France, malgré toute sa confiance dans le résultat de sa mission.
    Quelqu'un lui servait de guide, c'était Mgr l'évêque d' Adran (titulaire du titre de noblesse Bi-Du-quan-cong). Il reçut de l'Empereur Gia Long la mission d'aller demander secours au roi de France, lequel envoya à la disposition de cet Empereur des troupes et des officiers, dont faisaient partie Chaigneau et Vannier, puis des frégates et de grands navires. Notre royaume fut alors soutenu par une main ferme. S'appuyant sur cette force mise sans compter au service de sa cause, l'Empereur Gia Long fit plusieurs expéditions et finit par reconquérir tout le royaume.
    Parmi les officiers et les soldats de France qui se consacrèrent. à cette mission, certain moururent sur le champ de bataille, d'autres furent récompensés pour avoir servi l'Empereur : ces circonstances ne devaient pas être oubliées.
    Aussi le Ministère des Rites devra prélever sur le crédit des dépenses rituelles une somme de 150 piastres et la remettre, par l'intermédiaire de la résidence supérieure, à Mgr Allys, qui s'occupera de l'organisation et de la célébration d'une messe commémorative. Monseigneur sera invité à donner la plus grande publicité à l'expression de nos sentiments chaleureux, exprimés dans la présente Ordonnance royale, auprès de toutes les chrétientés placées sous son autorité, en vue de la célébration de cette messe. Toutefois Son Excellence voudra bien, pour cette fête religieuse, choisir une heure qui ne sera pas contrariée par la fête rituelle annamite, afin que les mandarins civils et militaires de la Cour puissent y assister et donner plus de solennité à la cérémonie.
    Respect à ceci.
    Pour ampliation,
    LE MINISTÈRE DES RITES.

    Cette Ordonnance a été remise officiellement à Mgr Allys par M. le Résident supérieur, qui conclut ainsi sa lettre d'envoi ; « Je vous transmets, Monseigneur, le voeu de Sa Majesté, assuré d'avance de votre entière adhésion à cette pensée généreuse où s'affirme avec la sincérité du sentiment le souvenir du bienfait ».
    Cette année, le jour de la fête, l'Empereur Khai-Dinh sera parti pour son voyage en France ; mais Sa Majesté a l'intention, les années suivantes, d'assister en personne à cette messe et de demander que la même cérémonie religieuse ait lieu non seulement à la capitale, mais dans tout le pays.

    1922/136-140
    136-140
    Vietnam
    1922
    Aucune image