Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Échos de nos missions

Échos de nos missions JAPON
Add this
    Échos de nos missions

    JAPON

    Yokohama. Au moment de la division de la Mission de Tôkyô, 25 missionnaires français y étaient en activité de service ; sur ce nombre 11 ont été retenus à la capitale dans l'intérêt des oeuvres dont ils avaient la charge : séminaires, hospices, etc. Le nouveau diocèse de Yokohama ne peut donc disposer que de 14 missionnaires, et, étant données l'étendue et la population du territoire qu'ils ont à évangéliser, ce n'est pas le travail qui leur manquera. Et, comme 11 d'entre eux étaient déjà employés sur ce territoire, ce n'est donc qu'un renfort de 3 missionnaires 4 en y comprenant Son Excellence Monseigneur l'Archevêque Évêque qui vient en aide à la nouvelle Mission de Yokohama, mais qui cependant contribue déjà à donner une vive impulsion à l'oeuvre apostolique.
    **A Katase, les Soeurs de Saint-Paul de Chartres ont ouvert une école maternelle, une école primaire et bâtissent en ce moment un lycée de jeunes filles. Non loin de là, à Shichiri-ga-hama, les Soeurs japonaises de la Visitation ont un hôpital très prospère, et à Kamakura une école maternelle.
    A Shizuoka, la rentrée des classes a donné 155 élèves au lycée des Dames de Saint-Maur et 72 à l'école paroissiale d'enseignement secondaire de Sainte-Thérèse de l'Enfant Jésus.
    **A Fujieda, un terrain a été acquis, sur lequel on a déjà construit église, presbytère, salle d'oeuvres et maison du catéchiste, que Mgr Chambon a eu la joie de bénir récemment.

    Fukuoka. Un séminaire de philosophie, qui compte déjà 16 élèves, sous la direction des Sulpiciens, a été inauguré à Fukuoka.
    Le Petit Séminaire compte actuellement 82 élèves.
    La nouvelle cathédrale, spacieuse, bien aérée, artistique, construite sous la direction du P. Frédéric Bois, Vicaire général ; a été livrée au culte. L'ancienne église Notre Dame des Victoires, après avoir vu pour la dernière fois Mgr Breton officier pontificalement en la fête de Pâques, est redevenue simple église paroissiale.
    **Au couvent des Soeurs japonaises de la Visitation, 11 novices ont reçu des mains de Mgr Breton la livrée de la Congrégation de plus en plus prospère.
    A Imamura, dans la cour du couvent des religieuses de la Visitation, a eu lieu la bénédiction d'une grotte de Notre Dame de Lourdes, destinée à devenir un centre de pèlerinage marial pour toute la région environnante.

    Osaka. Les Filles de la Charité, toujours fidèles à l'esprit de saint Vincent de Paul, se sont établies dans le quartier d'Imamiga, que l'on pourrait appeler la rue Mouffetard d'Osaka ; elles y ont créé un dispensaire, où soins et remèdes sont distribués gratuitement, puis une école enfantine qui donne chaque jour le repas de midi à une centaine d'enfants de familles pauvres.
    **Le lycée de jeunes gens, dont les PP. Jésuites ont entrepris la construction à Rokkô, près de Kôbe, a ouvert ses portes à 140 enfants, répartis dans les trois sections qui forment la première année. On continue de construire la partie principale de l'établissement.


    CORÉE

    Séoul. L'année 1939 sera le 100e anniversaire du martyre des Bienheureux Imbert, Maubant et Chastan. Une souscription a été ouverte dont le produit est destiné à la construction d'une église pour une cinquième paroisse de Séoul, qui sera l'église du centenaire de nos glorieux Martyrs.
    **A Chemulpo, les Soeurs de Saint-Paul de Chartres, établies depuis quelque quarante ans, vont ajouter un hôpital aux oeuvres qu'elles dirigent déjà dans cette ville ; écoles, orphelinat, dispensaire, etc.
    **La retraite annuelle des missionnaires a été prêchée par le P. Mayrand de la mission de Yokohama, qui porte vaillamment le poids de soixante-douze années, dont quarante-neuf au Japon sans retour en France.

    Taikou. Mgr Larribeau a bien voulu venir de Séoul, au mois de mars d'abord, pour conférer le diaconat à 7 sous-diacres, puis la veille de la Trinité, pour élever ces 7 diacres au Sacerdoce.

    MANDCHOURIE

    Kirin. Les PP. Assomptionnistes ont pris en charge la classe de philosophie, en attendant l'autorisation, qui ne saurait tarder longtemps, de construire le Grand Séminaire central de Hsinking.
    **Les Filles du Saint Esprit ont obtenu l'autorisation d'ouvrir à Kirin un dispensaire, qui déjà leur attire de nombreux clients : le chiffre des consultations journalières atteint souvent la centaine.

    CHINE

    Chengtu. Les Annales ont mentionné, l'an dernier, la sentence de ce mandarin qui avait fait décapiter un porc dans lequel se cachait « l'Esprit de la Sécheresse ». Cette année, un autre mandarin exhorte ses administrés à faire pieusement leurs dévotions au « Dragon » se rendant à la mer. Hélas ! Au Setchoan, tous, sans exception, croient ce que leurs ancêtres croyaient il y a 40 siècles, et cette mentalité n'est pas près de changer. Il suffit, pour s'en convaincre, de lire les journaux édités à Chengtu, dont les rédacteurs ont pourtant été formés dans les Universités modernes. N'y a-t-il pas là une des raisons de la pénétration si lente du catholicisme dans cette province ?
    **On annonce que les jeunes bonzes ou bonzillons seront désormais astreints à la formation militaire. D'après les journaux, ils seraient plus d'un million et pourraient composer d'ici peu une centaine de régiments pour concourir à la défense nationale.
    **Le Dr Jean-Baptiste Ky, qui a pris ses grades à l'Université de Marquette et a pratiqué à l'hôpital de Milwaukee, puis au Shantong, est arrivé à Chengtu et a pris son service à l'hôpital catholique.
    **On a parlé beaucoup de la conversion au protestantisme du généralissime Chang Kai-shek et de ses sentiments chrétiens. Dans son discours de Pâques 1938, il parle encore de Notre Soeur Jésus-Christ, qu'il intitule le « Grand Révolutionnaire ». Il importe de signaler cette fausse interprétation du caractère et de la mission du Sauveur, interprétation que l'on retrouve dans les Revues protestantes modernistes de Chine.

    Chungking. Les PP. Dominicains Polonais destinés à la future Mission de Kuifu, ayant terminé leur stage d'étude de la langue, sont partis pour commencer, sous la direction de missionnaires, la pratique du ministère dans des postes où ils auront à l'exercer.
    **A Yeouyang, la ville où jadis furent massacrés, en 1865, le P. Mabileau et, en 1869, le P. Rigaud, un incident s'est produit récemment qui faillit tourner au tragique. Dans une conférence ayant pour but de provoquer de généreuses souscriptions à l'emprunt de guerre, un des orateurs, le chef de la Police, crut devoir dire que « même les chrétiens, qui, du fait de leur religion, sont traîtres à la patrie, devaient faire leur devoir comme tout le monde». Ces paroles soulevèrent les protestations des chrétiens présents ; mais, en même temps, un groupe d'une centaine de personnes quittèrent le lieu de réunion pour aller attaquer la mission catholique. Heureusement, quelques notables influents s'interposèrent et réussirent, non sans peine, à calmer les énergumènes ; puis le prêtre chinois titulaire du poste obtint que le sous-préfet infligeât à l'intéressé un blâme sévère avec menace de destitution en cas de récidive.

    Tatsienlu. Le P. Nussbaum a pu aller passer quelques jours à Tsechung, mais les nouvelles qu'il apportait de son poste thibétain de Yerkalo n'étaient pas bonnes. Les autorités indigènes menacent de déposséder la Mission de ses propriétés et l'intervention des personnages les plus qualifiés reste sans résultat. En se rendant à Tsechung, le P. Nussbaum, sur la montagne d'Atentse, a été complètement dévalisé par les brigands. Son voyage de retour à Yerkalo s'est effectué sans incident, mais là la situation s'est aggravée : les terrains de la Mission ont été transférés aux anciens propriétaires, de nouvelles servitudes ont été imposées et le missionnaire se demande s'il pourra demeurer sous la juridiction thibétaine.
    **A Tanpa, le sous-préfet a convoqué les parents des élèves de l'école catholique de filles et les a menacés d'une forte amende si ces enfants ne rentraient pas à l'école gouvernementale.

    Ningyuanfu. A Houangmou-tchang, le mandarin a jugé bon de critiquer de façon fort inexacte l'instruction et l'éducation données dans nos écoles catholiques ; puis, passant de la théorie à la pratique, il a ouvert plusieurs écoles répondant à ses vues et prétend obliger les parents, sous peine de fortes amendes, d'y envoyer leurs enfants. Espérons qu'une autorité supérieure saura mettre fin aux fantaisies de ce petit tyranneau !
    **La retraite annuelle des missionnaires a été prêchée par le P. Rodriguez, Rédemptoriste de Chengtu. Comme le zélé prédicateur, en compagnie d'un de ses confrères, le P. Miguelez, s'en retournait à la capitale de la province, les deux voyageurs s'arrêtèrent à Yuehi, où ils furent rejoints, le lendemain, par deux PP. Franciscains se rendant à la léproserie de Mosimien. Ce jour-là c'était un dimanche la chrétienté de Yuehi, au fond du Setchoan, eut sous les yeux une image vivante de la catholicité de l'Église ; chez un curé chinois, six autres prêtres appartenant à trois nationalités et à trois instituts différents : deux Franciscains italiens, deux Rédemptoristes espagnols, deux missionnaires français, tous vivant en harmonie parfaite sous le signe de la charité du Christ !
    Yunnanfu. A la rentrée des écoles, le Petit Séminaire a enregistré 9 nouveaux élèves : 7 de Yunnanfu et 2 de Tali ; au Probatorium, 24 nouveaux, tous de Yunnanfu.
    **M. Tornay, Chanoine du Saint Bernard, et M. Chapelet, auxiliaire laïque des chanoines à Weisi, ont passé quelques jours à Yunnanfu, se rendant à Hanoi, M. Tornay pour y être ordonné prêtre, M. Chapelet pour y soigner ses yeux fatigués par les courses dans les neiges des Marches thibétaines.
    **La retraite annuelle des missionnaires a été prêchée par Mgr Hedde, de l'Ordre de Saint Dominique, Préfet apostolique de la Mission de Langson et Caobang (Tonkin).

    Kweiyang. Le P. Lanco, Vicaire forain, a béni à Hwaiwang une nouvelle église due au zèle des PP. Guettier et Boyer, à la construction de laquelle les fidèles du village ont contribué pour une bonne part.

    Lanlong. Plusieurs districts de la Mission sont mis en coupe réglée par les brigands. Dans d'autres, les villages se battent entre eux : les uns sont incendiés, les autres sont abandonnés à cause de l'insécurité ; les habitants, traqués par le parti adverse, cherchent un refuge dans les montagnes. La tranquillité est bien rare dans la Mission.

    Canton. Le Président du Conseil d'Administration de l'hôpital Fongtin, le plus important des hôpitaux de Canton, a demandé aux Soeurs Canadiennes de Notre Dame des Anges de lui fournir des sujets capables de donner des soins aux malades et de veiller à la bonne tenue de ce grand établissement, et désormais quatre religieuses sont affectées à cet hôpital.
    **Les lecteurs des Annales ont pu voir dans les journaux le récit des incursions d'avions japonais : nous ne pouvons les détailler ici. Disons seulement que la Mission de Canton et ses établissements sont jusqu'ici à peu près indemnes et prions pour la paix !

    Pakhoi. Plusieurs bandes de pirates sont en activité dans le district de Luitcheou ; un petit village chrétien a été attaqué, un jeune homme tué et un autre grièvement blessé.
    **La municipalité a fait remettre à l'hôpital français de Pakhoi deux objets d'art en argent avec inscriptions en chinois, l'un dédier au docteur de l'hôpital, l'autre aux Soeurs Catéchistes de Marie Immaculée, pour les remercier du dévouement témoigné aux malades et aux mourants lors de la dernière épidémie de choléra.

    Nanning. Le P. Cuenot, grièvement blessé lors du bombardement de Nanning, en janvier, par des avions japonais, après un long traitement à Hanoi, constatant que les forces ne lui revenaient guère, que le sommeil lui devenait presque impossible dans la chaude moiteur du Delta, craignait, non sans raison, que le rétablissement complet ne puisse se réaliser au Tonkin. Aussi les docteurs ont-ils songé à l'envoyer dans une région plus propice et les hauteurs du Yunnan, si agréables à la belle saison, ont été choisies pour lui comme lieu de villégiature et de complète guérison.

    INDOCHINE

    Hanoi. Le P. Bourgeaux a célébré ses noces d'argent sacerdotales. Il a passé la plus grande partie de ces vingt-cinq années chez les Muong, région particulièrement ingrate. Le rocher y abonde, mais il y a aussi de la terre arable et, au prix de fatigues inouïes, l'intrépide missionnaire a formé un millier de chrétiens, qui, par petits groupes, sont venus lui témoigner, à leur manière, la reconnaissance qu'ils lui gardent pour tout le bien qu'il leur a fait.
    **Des « Journées Sociales » ont été organisées à Hanoi, par le Cercle catholique d'Études sociales, pour exposer le rôle social de l'Église : elles ont été très bien suivies et ont atteint vraiment la foule européenne et annamite ; pour beaucoup de non chrétiens, ce fut une révélation.
    **Le P. Fournier, aumônier du Cercle militaire, a fait l'essai d'une retraite destinée aux seuls militaires, et cet essai a pleinement réussi. Tous les soirs, un auditoire compact d'officiers et de soldats se réunissait pour entendre l'instructive parole du P. Vacquier et, le dimanche de la clôture, toute l'assistance, général en tête, montait sur deux rangs pour recevoir la sainte communion des mains de Mgr Chaize.

    Vinh. Il y a une quinzaine d'années, le P. Laygue obtenait une concession dans la région de Phuqui en vue d'y établir des chrétiens qui ne trouvaient pas à gagner leur vie dans la plaine. Le pays était fertile, mais presque inhabité, malsain, à proximité de la forêt, repaire de sangliers, tigres, etc. Les débuts de la colonisation furent pénibles, mais la charité persévérante du missionnaire triompha des défaillances passagères : le nombre des familles chrétiennes augmenta peu à peu, des païens s'y ajoutèrent qui se convertirent, et Mgr Eloy a eu la joie de bénir une nouvelle église, témoignage et déjà récompense du travail accompli en quelques années dans une région où tout était à faire.

    Hunghoa. Mgr Vandaele a béni une nouvelle église à Viétri.
    **Les « villages de peuplement », en formation dans la partie montagneuse de la Mission, se développent peu à peu ; M. Brevié, Gouverneur général, accompagné de M. Châtel, Résident supérieur au Tonkin, est allé visiter quelques-uns de ces villages et a été très satisfait des résultats obtenus.

    Thanh-hoa. La paroisse de la cathédrale a eu cette année pour la première fois sa retraite pour la jeunesse catholique, qui a obtenu un plein succès dont bénéficiera l'Action catholique dans la Mission.
    **La province de Thanh-hoa compte de nombreux centres de pèlerinages bouddhiques, qui prouvent l'emprise de la religion du Bouddha et de celle des Génies au pays d'Annam. On s'y rend d'autant plus que les moyens de transport modernes en facilitent l'accès. Cette année, durant le mois de mars, plus de 40 auto camions et le chemin de fer, qui avait organisé un service spécial, ont déversé les pèlerins par milliers. Que, dans ce nombre, il y ait aussi des touristes, ce n'est pas douteux ; néanmoins, l'attitude de la plus grande partie de ces foules indique bien le désir d'obéir à leurs croyances et de satisfaire leur dévotion. Cette ferveur bouddhiste traditionnelle sera longtemps encore un obstacle au progrès du christianisme.

    Quinhon. Les Soeurs de Saint-Vincent de Paul construisent à Quinhon une nouvelle école devenue nécessaire à cause du grand nombre de leurs élèves.
    De Quinhon, deux Soeurs sont parties pour Kontum afin d'y créer de nouvelles oeuvres qui rendront grandement service à la « mission des sauvages ».

    Saigon. Un prêtre annamite, M. Paul Dang, curé de Bentré, a célébré récemment ses noces d'argent sacerdotales. Ce prêtre a su se faire estimer partout où il a passé pendant ses vingt-cinq années de ministère, et non pas seulement de ses compatriotes, mais aussi des Européens, qui lui ont offert, à l'occasion de son jubilé, un magnifique calice. Aussi cette cérémonie fut-elle vraiment une fête de la fraternité humaine.

    SIAM

    Bangkok. Huit religieuses Carmélites du monastère de Bangkok sont parties pour Singapore en vue d'y fonder un couvent, qui s'élèvera sur une hauteur voisine de la belle église Sainte-Thérèse de l'Enfant Jésus.

    LAOS

    Nongseng. Mgr Gouin, après trente-cinq ans d'apostolat, dont 15 d'épiscopat, a dû, pour obéir à la Faculté, venir demander au pays natal le rétablissement d'une santé bien ébranlée par ce long ministère en un pays où la civilisation ne pénètre qu'à petits pas. Le gouverneur siamois de la province de Lakhone, avant le départ de l'évêque, pour lui manifester sa sympathie, a offert à Son Excellence un repas auquel il invita plusieurs hauts fonctionnaires et tous les missionnaires de la région de Nongseng. A son tour, à la veille de son départ, Mgr Gouin invita à l'évêché les autorités siamoises. Il n'y a donc qu'à se féliciter des bonnes relations qui existent entre les fonctionnaires du Siam et la Mission catholique.
    **L'Ecole Normale de Catéchistes instituteurs de la Mission a présenté 18 de ses élèves aux examens officiels du gouvernement siamois : 17 ont été reçus.
    **En attendant la construction du Petit Séminaire dont la fondation a été décidée, une maison laotienne recevra les jeunes séminaristes, qui jusqu'à présent étaient envoyés à Bangkok. La première rentrée a eu lieu le 29 avril.

    INDE

    Pondichéry. Un monument vient d'être inauguré à la mémoire des enfants de l'Inde française morts pour la patrie pendant la grande guerre. La cérémonie, qui comportait revue des troupes, discours du Gouverneur et du Maire de Pondichéry, eut lieu à 8 heures du matin et fut suivie de la Messe et du Te Deum chanté à l'église Notre Dame des Anges.

    Coimbatore. Après la démission du regretté Mgr Tournier, les Conseillers diocésains se sont réunis pour nommer un Vicaire capitulaire : le P. Léon Béchu, curé de Coonor, fut élu. Il transmit alors le poste de Coonor au P. Legrand et prit la direction du Petit Séminaire à Coimbatore même.
    **Le P. Audiau a posé les fondations d'une nouvelle église à Kollapalur. Depuis l'érection de ce district, il y a plus de trente ans, la messe était célébrée dans le local de l'école. Désormais, grâce au zélé P. Audiau, Kollapalur aura sa petite cathédrale, à la grande joie et pour le plus grand bien des chrétiens de la ville et des villages environnants.

    Salem. Les PP. Olçomendy et Bonamy, de la Mission de Malacca, ont voulu voir les Indiens chez eux : ils ont visité successivement les postes de Madakondapalli, Krisnagiri, Covilur, Namakal, échelonnés sur la route de Bangalore à Salem.
    1938/212-223
    212-223
    France et Asie
    1938
    Aucune image