Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Échos de nos missions

Échos de nos missions JAPON Tôkyô. Le 25 février, sont arrivées les six premières religieuses destinées à la fondation du Carmel de Tôkyô. Après avoir reçu, pendant quelques jours, l'hospitalité chez les Dames de Saint-Maur, elles ont pris possession de la maison qui doit être provisoirement leur monastère, en attendant une installation complète et définitive. Mgr Chambon a béni récemment le nouvel orphelinat des Dames de Saint-Maur et, attenante à l'oeuvre de Béthanie, une maison pour enfants sains nés de parents tuberculeux.
Add this
    Échos de nos missions

    JAPON

    Tôkyô. Le 25 février, sont arrivées les six premières religieuses destinées à la fondation du Carmel de Tôkyô. Après avoir reçu, pendant quelques jours, l'hospitalité chez les Dames de Saint-Maur, elles ont pris possession de la maison qui doit être provisoirement leur monastère, en attendant une installation complète et définitive.
    Mgr Chambon a béni récemment le nouvel orphelinat des Dames de Saint-Maur et, attenante à l'oeuvre de Béthanie, une maison pour enfants sains nés de parents tuberculeux.
    Une nouvelle paroisse a été créée à Tôkyô, qui sera desservie par les PP. Salésiens de Dom Bosco.
    Les PP. Bénédictins de Beuron (Allemagne) ont décidé de fonder un monastère au Japon : il sera établi au pied da la fameuse montagne, le Fuji-yama, dans le diocèse de Tôkyô.
    La mission vient d'installer une imprimerie pour les revues catholiques et autres publications religieuses.
    Osaka. En 1931, le P. Villion avait acheté à Nara un terrain pour y installer la mission catholique. Sur le désir, exprimé par la municipalité, de conserver à cet endroit le cachet antique de la vieille capitale du Japon, toutes les constructions, y compris la chapelle, ont été édifiées en style japonais. C'est une innovation qui ne pourra que plaire aux visiteurs de Nara. L'inauguration du nouveau sanctuaire, confié au P. Alfred Mercier, a eu lieu en la fête de Noël dernier.

    ECHOS DE NOS MISSIONS

    COREE

    Seoul. Mgr Mutel s'est astreint, durant son long épiscopat, à écrire chaque jour le résumé des événements religieux ou politiques intéressant la mission. Ce travail, commencé le 4 août 1890, terminé le 14 janvier 1933, forme 15 volumes de 350 à 400 pages, sur papier écolier, d'une écriture nette, rapide, toujours égale. Ce sera un document précieux pour l'histoire d'un demi-siècle de la mission de Corée.
    Un jour, un missionnaire, dans un compliment de fête adressé à Mgr Mutel, s'était plu à souligner les progrès du catholicisme en Corée depuis 1890. « Oui, répartit l'évêque, on peut dire que tout cela s'est fait sous mon épiscopat, comme on dit dans le Credo, que le salut du monde s'est fait sous Ponce Pilate ». Malgré cette réponse, inspirée par la modestie, l'histoire dira que Mgr Mutel fut un grand évêque et que c'est à son zèle infatigable et prudent que la Corée doit d'avoir vu décupler, en moins d'un demi-siècle, le nombre de ses chrétiens.
    Taikou. Dans tous les districts ont eu lieu, après les fêtes de Noël, les retraites de catéchistes : trois jours de récollection spirituelle qui donnent une nouvelle impulsion au zèle de ces dévoués collaborateurs.
    Au Milieu de janvier, le béribéri faisait, d'ordinaire, son apparition au séminaire et obligeait à renvoyer les élèves dans leur famille pour un temps plus ou moins long. Cette année, pour prévenir le mal, les séminaristes ont été en vacances dès le 10 janvier jusqu'à la fin du mois, après quoi les études ont repris leur cours régulier.
    Les Supérieurs des missions de Corée ont tenu, au commencement de mars, leur réunion annuelle, ordonnée par le Concile régional de 1932.

    CHINE.

    Chungking. Devant la menace communiste, les seigneurs provinciaux, plus soucieux de la défense de leurs fiefs que du bien public, ont fait trêve pour un temps à leurs luttes intestines et lancé leurs armées vers le nord contre le bolchevisme envahissant. Cette campagne, d'ailleurs, est pour nos généraux un prétexte à de nouvelles taxes et réquisitions et, pour leurs troupes, à de nouvelles exactions. Ils amènent ainsi le peuple à embrasser la cause de l'envahisseur et à souhaiter son avance comme une libération.

    Ningyuanfu. La retraite annuelle des missionnaires du Kientchang a eu lieu du 20 au 25 janvier et, malgré les troubles incessants, tous ont pu y assister, se retremper dans une atmosphère de prière et de recueillement et reprendre des forces pour travailler au salut des âmes.
    Après 18 mois de labeur acharné, le P. Arnaud a pu enfin publier sa grammaire de la langue des sauvages Lolos. C'est un volume de 152 pages grand format. L'impression du Dictionnaire lolo français est commencée : on prévoit 600 pages au moins.

    Tatsienlu. La situation demeure précaire dans la partie de la mission réoccupée par les Thibétains. A Bathang, le presbytère est toujours occupé par la troupe ; les tombeaux des missionnaires ont été violés et les ossements déterrés.
    Mgr Valentin, Coadjuteur, dans une tournée pastorale, a administré la confirmation à 18 néophytes de la léproserie et 33 de la paroisse de Mosimien.
    La santé du P. Charrier donnant quelque inquiétude, le P. Pasteur partit de Tatsienlu pour le visiter. Il le trouva dans un état satisfaisant, passa avec lui les fêtes de Noël, puis, par le col de Kongka (4.985 m.), se rendit à Tsonghoua, où il fêta l'Epiphanie et rentra à Tatsienlu.
    Le P. André, le grand faiseur de routes, en a amené une, par 28 zigzags, de la passe de Sula à Tsekou ; il continue maintenant ses travaux sur la route de Latsa à Gaioua, facilitant les communications entre Siao-Weisi, sur le Mékong, et le Loutsekiang (Salouen).
    Le P. Louis Valour, lieutenant de réserve, a reçu du gouvernement yougoslave la Croix de Guerre serbe, en souvenir de ses campagnes en Orient.

    Yunnanfu. Mgr de Gorostarzu, démissionnaire depuis quelques mois pour raison de santé, était parti pour la France dans l'espoir d'y trouver la guérison ; son état s'aggravant pendant la traversée, il dut être débarqué à Penang, le 24 mars, et, trois jours après, il rendait son âme à Dieu. Originaire du diocèse d'Aire, il était parti pour le Yunnan, en 1885, et avait été nommé évêque d'Aila et vicaire apostolique en 1907. Il était âgé de 73 ans et comptait 48 années de mission.

    Kweiyang. Les Annales ont annoncé, dans leur dernier numéro, que, après un siège de 8 ou 10 jours, la ville de Kweiyang, et avec elle toute la province, étaient passées sous l'administration d'un nouveau gouvernement. Ce changement a été marqué par un épilogue qui mérite d'être signalé. Le vainqueur avait levé sur les habitants des faubourgs une contribution assez forte, en promettant de la restituer après son entrée dans la ville. Et... il l'a fait! Chose plus que rare en Chine.
    La soldatesque, elle, est loin d'avoir de tels scrupules d'honnêteté. Durant l'hiver, il lui faut du chauffage, et l'on peut dire qu'elle fait feu de tout bois : bancs, tables, armoires, cloisons, portes, fenêtres, tout y passe, que ce soit chez l'habitant ou dans les édifices publics. Deux de nos résidences, celles de Yaopou et de Houangkochow ont été ainsi complètement dévalisées en l'absence du missionnaire.
    Le P. Larrart, du diocèse de Bayonne, missionnaire du Kweichow depuis 23 ans, est nommé évêque titulaire d'Aulon et Coadjuteur avec future succession de Mgr Seguin. Il doit être sacré à Kweiyang. On espérait que l'arrivée des Bulles permettrait de fixer la cérémonie au 3 mai, solennité de saint Joseph. Les deux prélats assistants seront Mgr Jantzen, vicaire apostolique de Chungking, et Mgr Carlo, vicaire apostolique de Laniong. Pour se rendre à Kweiyang, le premier aura à effectuer un voyage de 15 étapes ; 10 étapes suffiront au second. Pas de chemin de fer, hélas! Mais l'automobile? A l'automobile il faut des routes, et notre région n'en a guère encore qu'en projet.

    INDOCHINE

    Hanoi. Les Religieux du Mont Saint Bernard, qui vont fonder un hospice sur les frontières de la Chine, du Thibet et de la Birmanie, ont passé une semaine à Hanoi en se rendant à leur lointaine destination. Tout le monde voulait voir leurs chiens, si renommés ; mais pas de chiens : les prix de transport sont prohibitifs. Au moins leurs skis ; pas de skis non plus, chaussure trop encombrante en voyage. Et, tandis que les curieux se retiraient déçus, les intrépides religieux entreprenaient la seconde partie la plus dure de leur longue expédition.
    Le Séminaire sulpicien de Hanoi achève ses aménagements intérieurs ; MM. Paliard, Uzureau et Raison compléteront leur corps professoral au fur et à mesure des besoins.
    La Maison Lacordaire termine aussi son installation et cinq Pères Dominicains sont là, prêts à commencer l'oeuvre à laquelle ils vont se dévouer.

    Thanh-hoa. Le 8 janvier, Mgr de Cooman a béni la première pierre de la chapelle du Carmel de Thanh-hoa. Actuellement, c'est une toute petite chambre sans plafond qui en tient lieu : il faut à Notre Seigneur quelque chose de plus convenable. Mais pour cela il faut aussi... des piastres : il en faudrait bien dix mille. Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus a voulu aider ses soeurs missionnaires. Le 5 février avait lieu le tirage d'une loterie au profit de l'école paroissiale récemment construite. Or, quelques jours auparavant, une personne remettait à l'aumônier du monastère 5 billets de loterie en précisant : « C'est pour le Carmel ». Et il se trouva providentiellement que c'est l'un de ces cinq billets qui gagna le gros lot : 400 piastres (4.000 fr.). En apprenant cette heureuse nouvelle, la Mère Prieure se contenta de dire : «Sainte Petite Thérèse a vraiment bien su faire ses affaires ».
    Saigon. Le 28 février, M. Petit, Administrateur de la province de Vinhlong, a épinglé sur la poitrine du P. Boismery la Croix de Chevalier du Dragon d'Annam. Le P. Boismery, originaire du diocèse de Rennes, est depuis 35 ans en Cochinchine, où il a rendu les plus grands services : depuis 16 ans il dirige la « Maison des Catéchistes », oeuvre éminemment catholique et française, dont l'importance n'a pu échapper à l'administration, qui lui a témoigné sa reconnaissance en lui conférant cette décoration.

    BIRMANIE

    Rangoon. Le 20 janvier, à 4 heures de l'après-midi, Mgr Chaize, Coadjuteur de Mgr Gendreau, nous est tombé du ciel : il arrivait par l'avion postal français, regagnant Hanoi. Son Excellence nous a fort intéressés par le récit de son voyage. Le lendemain matin, Monseigneur reprenait son vol vers Bangkok et Saigon.
    Plusieurs bonzes birmans, conduits par un bonze italien, ont quitté Rangoon au commencement de cette année pour aller essayer de propager le bouddhisme parmi les nations occidentales. Comme ils se proposent de ne voyager qu'à pied, leur expédition doit durer au moins 12 ans. Quel accueil recevront-ils en Europe?...

    INDE

    Pondichéry. La rentrée du grand séminaire a eu lieu à la fin du mois de janvier. 18 nouveaux séminaristes sont venus remplacer les 11 prêtres de la dernière ordination. Sur ce nombre, 5 appartiennent à Pondichéry, 5 à Kumbakônam, 4 à Bangalore, 3 à Coimbatore et 1 à Salem. Ils sont 50 en tout, et le séminaire, pour le moment, n'en peut contenir davantage.
    Salem. Mgr Morel a béni, à Yercaud, le nouveau bâtiment de l'école secondaire de filles dirigée par les Soeurs de Saint-Joseph de Cluny.
    1933/144-149
    144-149
    France et Asie
    1933
    Aucune image