Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

A nos associés

A Nos Associés Lorsque nos Annales paraîtront, l'année 1916 sera commencée. De tout coeur nous souhaitons à nos Associés et à nos Lecteurs une année plus sereine que celle dont le cours vient de s'achever, Que de larmes et de sang, que de tristesses et de ruines, et en même temps quels admirables exemples d'héroïsme et de dévouement, quels beaux traits d'abnégation et de piété :
Add this
    A Nos Associés

    Lorsque nos Annales paraîtront, l'année 1916 sera commencée. De tout coeur nous souhaitons à nos Associés et à nos Lecteurs une année plus sereine que celle dont le cours vient de s'achever, Que de larmes et de sang, que de tristesses et de ruines, et en même temps quels admirables exemples d'héroïsme et de dévouement, quels beaux traits d'abnégation et de piété :
    Nos missionnaires arrachés en grand nombre à leur lointain et fécond apostolat, transportés dans les ambulances, dans les hôpitaux, sur la ligne de feu ; nos aspirants quittant notre Séminaire pour les précéder ou les accompagner sur les champs de bataille ; plusieurs tués à l'ennemi, d'autres blessés, malades, mourants ; quelques-uns mis à l'ordre du jour de leur régiment, de leur division, de leur corps d'armée, aujourd'hui décorés ou promus officiers....
    Là-bas en Corée, en IndoChine, au Japon, en Chine, aux Indes, des fidèles pleurant leurs pasteurs et se demandant avec anxiété l'heure de leur retour ; des apôtres blanchis dans les travaux reprenant leur bâton de voyageur, rassemblant leurs dernières forces pour porter la parole de vérité aux païens dont l'intelligence s'ouvre à la lumière et le coeur à la bonté....
    Et au-dessus de ce tableau de grandeurs et de misères, le cantique de la paix retentissant en la nuit de la Nativité : Pax hominibus bonae voluntatis, et la prière des catholiques, pasteurs et fidèles, implorant cette paix dans la victoire.
    C'est toute l'année 1915.

    JANVIER FÉVRIER 1916, N° 107.

    Que sera l'année 1916 ? Que deviendront nos Missions déjà si éprouvées ? Quel avenir Dieu leur prépare-t-il ?
    Les missionnaires d'Extrême-Orient, qui si souvent ont vu leurs Eglises ravagées, leurs chrétiens exilés, emprisonnés, martyrisés, et qui au lendemain d'atroces persécutions ont recueilli les plus belles et les plus riches moissons, ne sauraient perdre la confiance en l'avenir et sentir diminuer leur espoir en la Providence.
    Ils se disent que sans doute Elle a déjà choisi, pour leur succéder, des enfants pieux et dociles, encore enfermés dans les petits séminaires de France, que sa voix s'est fait entendre aux combattants des tranchées, aux infirmiers des ambulances, dont la foi est devenue plus ardente au contact du péril et le dévouement plus intense par l'expérience des souffrances, qu'elle leur aura murmuré et qu'elle les persuadera de consacrer le reste d'une vie, parfois miraculeusement conservée, à prêcher l'Evangile de Jésus-Christ aux nations plongées dans les ténèbres du paganisme.
    Ils ont la sainte espérance qu'Elle nous donnera de ces apôtres auxquels, Mgr Retord, l'évêque du Tonkin occidental, jetait autrefois ce grand cri d'appel :
    « Oh ! Qu'il nous vienne donc de France des athlètes robustes, fervents et courageux ; ils trouveront ici du travail, et un terrain immense à défricher ; ici des travaux, des fatigues, des croix, des périls, et aussi la mort ; mais qu'est-ce que tout cela quand il s'agit de gagner des âmes ?
    « Oh ! Oui, qu'ils viennent : les fils de lumière seraient-ils donc moins braves que les enfants de ténèbres ?

    1916/98
    98
    France
    1916
    Aucune image