Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

A l'ordre du Jour 2

A l'ordre du Jour Ordre du jour de l'Armée. MONCHALIN, JOSEPHJEANMARIE, soldat brancardier.
Add this
    A l'ordre du Jour

    Ordre du jour de l'Armée.

    MONCHALIN, JOSEPHJEANMARIE, soldat brancardier.
    « Admirable autant par son zèle, son entrain et son dévouement que par sa modestie. A dirigé, durant trois nuits successives (18, 19 et 20 avril) la recherche des blessés et des morts, partant seul pour visiter les trous d'obus, les abris effondrés, les cratères creusés par les obus de très gros calibres, et revenant chercher ses brancardiers qu'il mettait à l'abri durant ses investigations ; a retrouvé ainsi cinq blessés perdus depuis 36 heures, et, aidé de ses camarades, les a ramenés au poste de secours malgré le bouleversement du sol, la nuit noire et la boue, sous un feu violent de mitrailleuses et d'artillerie.

    En campagne le 11 juin 1916.

    M. Monchalin, originaire du diocèse du Puy, est parti pour la mission de Pondichéry en 1910.

    Ordre du jour de la Division.

    Le soldat brancardier GUILLOT, JOSEPH, numéro matricule 483, du 30e régiment d'infanterie. Sur le front depuis le mois d'août 1914, a oujours fait preuve d'un dévouement et d'un courage qui ont fait l'admiration de tous. Tué en première ligne le 44 mai au cours d'une attaque. (22 mai 1916).

    Voir plus loin p. 161: MORTS AU CHAMP D'HONNEUR.

    VARENGUE, EUGÈNE, infirmier prêtre et brancardier, ne cesse de donner le plus bel exemple de courage et de dévouement, allant relever les blessés et exercer son ministère sous un tir de barrage excessivement violent.
    M. Varengue, un de nos aspirants, originaire du diocèse de Paris, est actuellement prisonnier dans la Prusse orientale.

    Ordre du jour du Régiment.

    Le sergent ESCALÈRE, LUCIEN, numéro matricule 1708, chef de section, d'un zèle et d'un dévouement au-dessus de tout éloge. A assuré, avec courage, la relève des blessés et des morts de la division dans un secteur continuellement battu par le feu de l'artillerie ennemie ; s'est particulièrement distingué pendant les combats du 21 au 24 mai 1916.
    M. Escalère, originaire du diocèse d'Angers, incorporé à celui de Poitiers, est parti en 1913 pour la mission de Cochinchine orientale.

    Le soldat de 1re classe JAUGEY, JOSEPH, de la 7e compagnie du 21e régiment d'infanterie. A fait preuve d'un grand courage et d'un dévouement admirable en donnant les premiers soins a de nombreux blessés au poste de secours de première ligne sous un bombardement du 4 au 12 mars 1916.

    Le 25 mars 1916.

    Le chef de Bataillon, commandant provisoirement le 21e d'infanterie.

    M. Jaugey, du diocèse de Langres, est parti pour la Corée en 1907.

    A l'ordre du jour du Bataillon (chasseurs alpins).

    BOIS, FRÉDÉRIC, dévouement au-dessus de tout éloge. Le 29 juin, s'inspirant de son mépris du danger a relevé plusieurs blessés sous le feu. Toujours dévoué et méprisant le danger, est allé maintes fois relever des blessés sur la ligne de feu (4 juillet 1915).
    La croix de guerre lui a été remise par le général de Maud'huy le 9 juillet.
    M. Bois, du diocèse de Chambéry, est missionnaire de Nagasaki depuis 1912.

    ***

    La médaille d'honneur (Bronze) des épidémies a été décernée à M. EM.-AL. DEVRED, soldat à la 6e section d'infirmiers militaires, à l'hôpital temporaire Corbineau, à Châlons-sur-Marne (Officiel du 17 juin 1916).
    M. Devred, originaire du département du Nord, est parti pour la Corée en 1899.

    1916/160-161
    160-161
    France
    1916
    Aucune image