Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

« Jésus-Christ » dans un Manuel Païen de Littérature

Variétés « Jésus-Christ » dans un Manuel Païen de Littérature On sait, ou on ne sait pas, que l'éternel problème de la simplification de la langue chinoise a reçu plusieurs essais de solution dans ces dernières années. Un des plus récents consiste à faire apprendre à tout le monde 1.000 caractères, choisis parmi ceux qui sont les plus employés. On se propose par là d'infuser à la masse des illettrés « le maximum de vocabulaire pratique, dans un minimum de temps, à un minimum de frais ».
Add this
    Variétés

    « Jésus-Christ » dans un Manuel Païen de Littérature

    On sait, ou on ne sait pas, que l'éternel problème de la simplification de la langue chinoise a reçu plusieurs essais de solution dans ces dernières années. Un des plus récents consiste à faire apprendre à tout le monde 1.000 caractères, choisis parmi ceux qui sont les plus employés. On se propose par là d'infuser à la masse des illettrés « le maximum de vocabulaire pratique, dans un minimum de temps, à un minimum de frais ».
    A cet effet, M. YenYang-tch'ou, originaire du Se-tch'oan, diplômé des Universités de Hong-Hong et de Yale, a rédigé 4 petits Manuels en mandarin, ne contenant en tout que 1.000 caractères différents.
    D'après l'auteur lui-même, « chaque caractère est un bijou qui a gagné sa place, au milieu de milliers d'autres qui la convoitaient, par une terrible concurrence et par son habileté à montrer qu'il peut être employé dans bon nombre de combinaisons ». Tout le cours doit être vu en 96 leçons, c'est-à-dire en 4 mois, à raison d'une heure par jour, en dehors des dimanches. Par un véritable tour de force, on est arrivé, surtout dans le 4e volume, à avoir un fond assez riche d'idées avec 1.000 caractères seulement. Il y a même un chapitre sur Notre Seigneur. Sans doute, il est très incomplet, mais il n'est pas choquant.
    Il est même consolant de voir que, bien qu'il ne soit pas question de sa nature divine, on parle de lui, et cela en des ternies qui restent à peu près corrects, dans un Manuel destiné au peuple, à ce peuple païen qui, presque sûrement, n'a jamais entendu parler de son Sauveur. Voici ce chapitre, qui forme la 77e Leçon, Vol. IV.

    Jésus-Christ.

    « Jésus-Christ est un Saint de l'Occident. Il naquit en Judée il y a 1923 ans. Plus intelligent que les autres, ardent à sauver le monde, il alla prêcher partout en conduisant beaucoup de disciples (avec lui). Il voulait que chaque homme de ce monde « aimât les autres comme soi-même ». Il disait : « Traitez les autres comme vous voudriez être traités vous-mêmes ». Il s'aperçut que l'homme, sur cette terre, ne peut pas penser seulement à soi, mais qu'il doit servir les autres (aussi). « Servir », c'est le plus grand devoir de l'homme pendant sa vie. Une fois, Jésus voulut laver les pieds à ses apôtres. Ceux-ci dirent tous : « Nous sommes absolument indignes de ceci ». Jésus répondit : « Je pense que, dans la suite, vous servirez les autres, comme je vous sers moi-même aujourd'hui. Je suis venu pour servir et non pour être servi ». Il s'aperçut que tous les hommes de ce monde, sans distinction entre hommes et femmes, jeunes et vieux, riches et pauvres, sont tous égaux. Tous les hommes peuvent aller au ciel, s'ils arrivent vraiment à se repentir sincèrement de leurs péchés.
    Un jeune homme alla demander à Jésus : « Par quel moyen puis-je aller au Ciel ? » Jésus lui dit : « Tu dois observer les commandements ». Le jeune homme demanda : «Lesquels? » Jésus lui dit: « C'est-à-dire qu'il ne faut pas tuer ; qu'il ne faut pas se livrer à la luxure ; qu'il ne faut pas voler ; qu'il ne faut pas porter de faux témoignages ; qu'il faut honorer son père et sa mère ; et qu'il faut aimer les autres comme soi-même ».
    Jésus prêcha pendant 3 ans ; extraordinairement nombreux furent ceux qui crurent en lui. Il faisait toujours des reproches aux hypocrites (Pharisiens) et aux prêtres juifs. C'est pourquoi ils le haïssaient et cherchaient tous les jours à lui faire du mal. Après, ils le crucifièrent. Mais son esprit a la vie longue et ne meurt pas. Le Christianisme a prospéré de jour en jour. Il est devenu la plus puissante Eglise du monde ».

    N. B. Dans cette traduction, on a gardé la ponctuation et, autant que possible, le sens littéral du texte.
    Relations de Chine.

    1928/253
    253
    France
    1928
    Aucune image