Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

A Dieu de Mgr Bouchut à Nazareth

A Dieu de Mgr Bouchut a Nazareth Quelques jours avant de s'embarquer, Mgr Bouchut, le nouveau Vicaire apostolique du Cambodge, dont nous avons raconté la consécration épiscopale 1, a donné la bénédiction du Saint Sacrement dans la pieuse chapelle de notre cher Nazareth, et il a adressé à l'assistance, qui se pressait émue autour de l'autel, ces paroles d'adieux, qu'une main fidèle nous a transmises :
Add this
    A Dieu de Mgr Bouchut a Nazareth

    Quelques jours avant de s'embarquer, Mgr Bouchut, le nouveau Vicaire apostolique du Cambodge, dont nous avons raconté la consécration épiscopale 1, a donné la bénédiction du Saint Sacrement dans la pieuse chapelle de notre cher Nazareth, et il a adressé à l'assistance, qui se pressait émue autour de l'autel, ces paroles d'adieux, qu'une main fidèle nous a transmises :

    1. Au sujet de la consécration épiscopale de Mgr Bouchut, nous avons, par suite d'une erreur de mise en page, omis quelques mots de son discours prononcé le 21 septembre ; nous réparons cette faute involontaire. Voici les paroles que le nouvel élu après, avoir remercié les évêques assistants, adressa au vénérable supérieur général de Saint-Sulpice qui avait été au grand séminaire de Lyon son directeur spirituel et avait bien voulu honorer notre dîner de sa présence : « Merci du plus profond de mon cur à Monsieur le supérieur général de Saint-Sulpice ; il a guidé mes pas vers le sanctuaire dans les premières années de mon grand séminaire, il m'a aidé toujours par ses conseils et par ses prières, à suivre la voie dans laquelle me voulait la Providence ; ce matin encore, j'ai eu le bonheur de l'avoir près de moi, qu'il en soit à jamais remercié ».

    MESDAMES,

    C'est un partant qui vous offre aujourd'hui ses remercîments et ses adieux. Je ne saurais en effet présentement parler d'autre chose que de départ, de remercîments et d'adieux.
    Qui dit Partant marque une séparation qui va se faire, et toute séparation est un déchirement. Je ne vous cacherai pas que ce déchirement est une douleur.
    La Providence a voulu qu'après treize années de stage au séminaire de l'Immaculée Conception, je dirige à nouveau mes pas vers la terre du Cambodge. Je pars, content de faire la volonté de Dieu, mais je laisse la moitié de mon cur au séminaire et à ce Nazareth qui m'a si souvent accueilli. Je pars pour la terre étrangère, mais j'emporte votre souvenir, Mesdames, le souvenir de vos deux si dévouées Présidentes, le souvenir de votre oeuvre si belle, de votre oeuvre faite toute entière de générosité et de sacrifices. Les ornements, qui m'ont paré au jour de ma consécration épiscopale, ramèneront souvent ma pensée vers vous, et me rediront votre bonté, dont ils resteront pour moi le signe sensible. Chaque nouveau missionnaire, chaque nouvel arrivant, pourvu par vous de tout le nécessaire pour le sacrifice eucharistique, me restera un nouveau mémorial de votre dévouement.
    Adieu, Mesdames, je prierai pour vous. Vous prierez aussi, afin que les pauvres païens confiés à mes soins ouvrent, nombreux, les yeux à la lumière, le cur à l'amour divin.
    Adieu, délicieuse petite chapelle, où le recueillement saisit si facilement l'âme pour la jeter aux pieds de Notre Seigneur, je ne te verrai plus. Heureusement, l'esprit et le cur ne sont pas liés par les distances. Ils me permettront de revenir, chaque mardi, bénir ces dévouées mères et surs des missionnaires, aux heures de leur travail et de leur prière.
    Adieu, petite grotte de Lourdes, petit coin de la terre qui touche au ciel. La Vierge Immaculée que tu abrites, sera ma force et mon espérance dans mon nouveau ministère. Iter para tutum. Je compte sur Elle, et je reviendrai souvent puiser près d'Elle de nouvelles grâces pour de nouveaux travaux.
    Daigne le Seigneur par les mains de sa Mère Immaculée, verser sur vous, Mesdames, ses bénédictions les plus précieuses et les plus abondantes ; vous donner durant votre vie le centuple promis à ceux qui servent Jésus ; vous préparer pour le ciel les richesses infinies du bonheur éternel.
    En donnant dans un instant la bénédiction du Saint-Sacrement, supplierai Notre Seigneur d'entendre la prière de mon cur, et de vous garder à tout jamais dans son parfait amour.

    1903/55-57
    55-57
    France
    1903
    Aucune image